AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 INFOS PRESSE AUTOMNE 07.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Mer 26 Déc 2007 - 21:24







2 DEC 07.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Mer 26 Déc 2007 - 21:43





Poelvoorde, dieu vivant



La performance de Benoît Poelvoorde domine Les Deux mondes, comédie fantastique de Daniel Coen. Le comédien belge apporte une émotion réelle à un personnage de restaurateur de tableaux timoré qui devient un héros dans un univers parallèle.

« La découverte d'un lieu où on le traite comme un dieu va permettre à cet homme en crise de se reconstruire dans sa vie réelle », explique Benoît Poelvoorde. Le choc entre la grisaille du quotidien et la fantaisie du monde alternatif offre d'amusantes situations et un humour bon enfant des plus réjouissants. On rit sans retenue de voir l'acteur passer du rôle de mari bafoué à celui de chef de guerre adulé, confirmant son talent pour camper un Monsieur Catastrophe débordant d'humanité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Mer 26 Déc 2007 - 22:07

Arrow Arrow http://www.lesoir.be/culture/cinema/poelvoorde-joue-au-cowboy-et-a-l-indien-2007-09-25-551510.shtml

heureuse d'entendre une nouvelle fois
dans cette interview
ton désir d'ouvrir une librairie 102
très heureuse pour GUY!!!!!! flower


mais je n'ai pas trouvé le dictionnaire de l'amour sublime....Ben scratch
est-ce....Anthologie de l'amour sublime??


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Mer 26 Déc 2007 - 22:16


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 12:20




Il y a quelque chose de changé en lui,
on le devine désemparé,
avec dans le regard une tristesse
qu’il ne cherche même pas à dissimuler.



Benoît Poelvoorde : “J’ai perdu tout contrôle sur la réalité”
Il enchaîne tournage sur tournage. Dans Les Deux Mondes (1), il campe Rémy, qui perd simultanément femme et travail. Et il sera bientôt dans Astérix aux Jeux Olympiques. Le changement de registre lui va comme un gant, pourtant ce ludion tendre et insolent se dit fatigué… et la mélancolie affleure sous les facéties.
Paru le 18.11.2007, par Christian González

C’est Billy Bob qui vous accueille avec un enthousiasme d’autant plus sympathique que, l’instant précédent, il ne vous connaissait pas. Il jappe et bondit à l’entrée de la suite de grand hôtel dans laquelle Benoît donne ses interviews. « C’est un jack-russell… » Avec une tâche rose près de la truffe et un pelage blanc et sable. « Et pourquoi Billy Bob ? – À cause de la chanson de Benjamin Biolay : “Billy Bob a raison/Les gens c’est tous des cons.” » Dans Les Deux Mondes, Rémy (Benoît donc), petit bonhomme effacé, perd en même temps son travail et sa femme. Pourtant, dans un monde parallèle, une tribu opprimée par un géant cannibale l’attend pour être son libérateur… Il est immuablement cordial, sa faconde demeure inépuisable, mais son humour fantasque est en veilleuse, il allume une cigarette de temps en temps, il y a quelque chose de changé en lui, on le devine désemparé, avec dans le regard une tristesse qu’il ne cherche même pas à dissimuler.

Madame Figaro. – Les Deux Mondes, de Daniel Cohen, Cowboy, de Benoît Mariage (journaliste d’une émission télé, Daniel Piron croit avoir une idée de génie qui, pense-t-il, le revalorisera à ses propres yeux, auprès de sa femme et de la société) – sur les écrans le 5 décembre -, Astérix aux Jeux olympiques, de Frédéric Forestier et Thomas Langmann – le 30 janvier 2008 -, et la suite des Randonneurs, de Philippe Harel : jamais vous n’aviez autant tourné en enchaînant !
Benoît Poelvoorde. – Et c’est trop, je m’en rends compte maintenant. Le cinéma est l’un des rares corps de métier où l’on se rassemble, où l’on se confine et, au final, où l’on se sclérose. On se coupe des gens normaux et on se déresponsabilise totalement. Or j’ai besoin de faire des pauses pour réfléchir, me poser des questions, alors que, sur un plateau, on vous demande surtout de ne pas en poser.
Pour Astérix.., je suis resté cinq mois à Alicante, en Espagne. Le tournage des Deux Mondes a duré trois mois, dont deux passés en Afrique du Sud, et je suis reparti deux mois pour Les Randonneurs à Saint-Tropez, au cours desquels je me suis cloîtré dans un hôtel. J’ai cru que j’allais y arriver, je me suis imaginé plus fort que je n’étais, et je suis allé droit dans le mur. J’ai totalement sous-estimé les dangers du métier.
C’est-à-dire ?
- J’ai perdu tout contrôle sur la réalité. J’ai fait passer le cinéma avant ma vie, et ma vie en a souffert…
Avec pour conséquence ?
- Avec pour première conséquence de perdre l’estime de moi-même. Même si je ne regrette pas les films. Je suis le seul responsable de tout ce qui m’arrive.

Tout de même, vous n’êtes pas obligé de dire oui à toutes les propositions, ce que d’ailleurs vous vous étiez bien gardé de faire par le passé…
- Bien sûr, mais, par exemple, je ne pouvais pas refuser Astérix.., parce que j’ai dit cent fois que j’avais envie de faire un méchant dans un film pour enfants. Je ne pouvais pas dire non à Benoît Mariage, qui m’avait dirigé dans « Les convoyeurs attendent », qui est un ami et qui me donnait l’occasion de renouer avec le cinéma belge. Pour Les Deux Mondes, j’ai adoré l’univers poétique de Daniel Cohen. Et pour Les Randonneurs, il y avait le plaisir de retrouver l’équipe du premier opus, tourné il y a dix ans. Simplement, tout cela a abouti à une totale remise en question. Je me suis enfermé dans une profession excessive. Maintenant, il est vrai qu’il n’est pas foncièrement mauvais de perdre le bon chemin si l’on peut envisager de faire machine arrière…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:02


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:04




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:06

LA VOIX DU NORD 21 11 07.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:08




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:11


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:14


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:16




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 13:57


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 14:08


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Sam 29 Déc 2007 - 14:12


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Dim 30 Déc 2007 - 4:52




COWBOY de Benoît Mariage
Pour Poelvoorde
Une comédie douce-amère sur notre société. A ne pas manquer.

Avec Benoît Poelvoorde, François Damiens, Gilbert Melki, Julie Depardieu. 1 h 36.

Benoît Poelvoorde est un grand acteur, un de ces tragédiens pudiques qui jouent des rôles comiques de peur d'être rasant. Dans « Cowboy », il est parfait. Il faut lui faire savoir. Il est, paraît-il, déprimé. Il le laissait entendre lui-même lundi soir à l'émission de Mireille Dumas « Vie privée, vie publique ». « Je suis casanier, j'ai enchaîné les films, j'ai perdu pied », avouait-il. Raison supplémentaire d'aller voir ce film : l'acteur pourrait changer de métier. Son rêve, c'est être libraire. On ira lui acheter des livres.

En attendant, il joue le rôle d'un ex-gauchiste, Daniel Piron, rescapé de la IVe Internationale, mal à l'aise partout : il s'ennuie avec sa femme (Julie Depardieu), à son travail (il est journaliste). Daniel Piron déprime.

Aux petits oignons
Après avoir décidé que « l'estime de soi commence par l'acceptation de ses échecs », il se lance dans le seul projet qui donne un sens à sa vie : retrouver et faire un documentaire sur Tony Sacchi. « Héros révolutionnaire de sa jeunesse », cet individu n'avait rien trouvé de mieux que de détourner un car scolaire pour faire progresser ses idéaux. Piron le retrouve, mais Sacchi est un gigolo sur le retour, interprété par l'excellent, lui aussi, Gilbert Melki. S'inspirant d'un fait divers de 1980, Benoît Mariage dresse, sur le mode du quiproquo, un tableau doux-amer de notre société. On y rit souvent à gorge déployée. Ne serait-ce quelques baisses de rythme, le film serait aux petits oignons. Au fait, pourquoi « Cowboy » ? En Belgique, selon le réalisateur, « c'est le gars qui va au bout de ses idées ». Eddy Merckx, par exemple ?

E. H.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Dim 30 Déc 2007 - 17:48


_________________


Dernière édition par le Mer 2 Jan 2008 - 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Dim 30 Déc 2007 - 18:03



Benoît Poelvoorde : « A la télé, la pensée est réduite »

imédias.biz
Mercredi 26 décembre 2007 08h00

Alors qu'il doit actuellement assurer la promotion de deux films très différents, Cowboy et Astérix aux jeux Olympiques, Benoit Poelvoorde s'exprime sur son rapport avec les médias dans le numéro 100 de TGV Magazine. Et l'acteur se montre plutôt critique : « Avec Astérix, je sais que je serai invité pour faire le con sur tous les plateaux. Les films comme Cowboy, de Benoît Mariage, sont plus difficiles à défendre… On n'a pas vraiment d'outils médiatiques, pas d'espaces télévisuels pour en parler correctement. Je ne peux pas aller aux Enfants de la télé pour raconter que c'est un film sur le "lâché prise" ».

Fogiel et Ardisson ? Des paresseux !

Et l'acteur déclare qu'il n'ira plus sur les plateaux s'il n'a rien à dire. « Je ne crois pas à l'absolue vérité, je ne la connais pas moi-même. Mais on mesure très bien ce que l'on dit à moins d'être totalement bourré. La télé, en revanche, est bien plus dangereuse. Une caméra vous vole, vous avez l'impression d'avoir un seul interlocuteur, mais vous en avez des millions… Le propos est simplifié, la pensée réduite. Dans les émissions de Fogiel ou d'Ardisson, ils sont tellement paresseux qu'ils ne prennent que la phrase d'accroche, le résumé de la réponse. C'est ce que j'appelle la génération des "corps gras" » explique l'acteur.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Dim 30 Déc 2007 - 18:17



Arrow http://studiomagazine.fr/film/ba.asp?id=8940&idv=109792 Wink

Interview vérité

Benoît Poelvoorde : "Cow Boy, c'est l'histoire d'un homme qui tombe"
En attendant de le découvrir en Brutus dans "Astérix aux Jeux Olympiques", l’acteur est ce 5 décembre à l’affiche de "Cowboy", de Benoît Mariage. Et si le clown n’avait soudain plus envie de faire rire ?

Propos recueillis par Benoit Basirico




Arrow Lancer la vidéo de l'interview.

Arrow http://studiomagazine.fr/film/autour_zoom.asp?id=8940&ida=193562 Wink


Benoît Poelvoorde est comme on se l’imagine : sympathique, généreux, drôle, énergique, un poil cabot, avec un accent belge très prononcé et surtout un débit de mitraillette. Entre ses rôles et sa personnalité, la distance reste mince. L’homme avoue justement avoir un rapport très premier degré dans son interprétation. On le croit volontiers.

Sa double actualité laisse ainsi transparaître un côté plus sombre. Il incarne des hommes largués, à côté de la plaque, la quarantaine peu triomphante. Dans Cow Boy, de son complice et compatriote Benoît Mariage, il interprète un journaliste en manque de reconnaissance professionnelle et affective qui se lance dans un improbable reportage autour d’un ancien activiste politique. La dimension tragique chez l’acteur n’a jamais paru aussi prégnante. Pour mieux enfoncer le clou, la presse à scandale a récemment relayé les frasques d’un homme en pleine crise de démence, qui a dû se retirer du tournage de Cinéman, de Yann Moix, parce que «ingérable». Et si le clown n’avait soudain plus envie de faire rire ?


Vous pouvez lire les propos de Benoit Poelvoorde recueillis par Thomas Baurez dans Studio Magazine n°241 (en kiosque dés le 5 décembre)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Lun 31 Déc 2007 - 16:03



« Ma place est dans le cinéma belge »FABIENNE BRADFER

vendredi 28 septembre 2007, 07:09

VINGT ANS qu’il montre sa bobine au cinéma. Lucide, Benoît Poelvoorde ne veut pas vivre la détresse de Depardieu.
Photo Belga Films.

ENTRETIEN

Il suffit de passer la grille bleue et de gravir le chemin, non loin de la Meuse.
Billy Bob, le chien, vous accueille avec l’idée fixe


tiens,, faut-il voir un jeu de mots??


et sympathique de vous transformer en partenaire de jeu. Havre de verdure, entouré de grands arbres. Décor de tranquillité et de bon goût. Antre du Namurois Benoît Poelvoorde. C’est là qu’il se pose quand il n’est pas en tournage ou en promo. C’est là qu’il reprend ses repères quand le métier tourne trop fou. C’est mieux qu’à Paris. C’est mieux que partout ailleurs. Benoît nous reçoit en toute simplicité pour une conversation sans filet pendant que Billy Bob dévore avec enthousiasme le chapeau du chanteur et ami Jeff Bodart. Rencontre à cœur ouvert et sans chronomètre, en prenant le temps de regarder la pluie tomber.


Comment allez-vous, Benoît ?

On ne nous dit pas la vérité. Du coup, je lis des ouvrages de spécialistes. Je lis beaucoup pour ne pas dire des âneries. Où en sommes-nous ? J’entends des choses qui me terrorisent. Ce matin, un spécialiste disait que si on continue, dans 40 ans, il n’y aura plus de poissons dans la mer. Et 50 % des savants pensent que le XXIe siècle ne verra pas sa fin.


D’où la frilosité par rapport à la paternité comme l’aborde Benoît Mariage dans « Cow-boy » ?

J’en parlais hier avec un copain. Tu vas léguer quoi à tes mômes ?! Il faut vraiment prendre les choses sérieusement, sinon cela va être affreux ! La situation mondiale est oppressante.


La fiction serait-elle un refuge ?

Non, je ne pense pas. Je viens de fêter mes 43 ans mais je suis le plus jeune « soixantenaire » d’Europe. Je me sens trop âgé dans ma tête. J’ai l’impression d’avoir perdu une forme d’enthousiasme. J’étais beaucoup plus innocent au début. Là, je me sens horriblement vieux. Dans le métier, dans ma vie. A cause de périodes difficiles que j’ai traversées. Et la crise de la quarantaine, sans doute. C’est la connaissance qui te meurtrit. Je connais le revers des cartes du métier et cela enlève énormément au côté enfantin. Je donne toujours l’exemple du Festival de Cannes. J’en rêvais, j’adorais les paillettes, le strass. En participant au jury, j’ai vu comment cela fonctionnait et une part de magie s’est évanouie. Idem pour les films. J’en ai fait tellement cette année.


Pourquoi cette boulimie ?

Non, non. C’est un concours de circonstances. Des dates de tournage qui ont changé. Faire un film, c’est comme faire un enfant. Au moment où tu le conçois, tu es amoureux de la personne avec qui tu es mais au moment où il vient au monde, pas sûr que tu aimes toujours cette personne. Pour un acteur « bankable », c’est pareil. D’autant que les gens ont de moins en moins de courage, d’avis, de compétence dans ce métier. J’ai l’impression de vivre une époque de frilosité de l’opinion, du goût, de l’intelligence. Qu’est-ce que le cinéma sinon une émotion qu’on transmet à l’autre ? Or, je vois de plus en plus de producteurs – je ne parle pas des petits indépendants qui eux fonctionnent au vrai coup de cœur – qui veulent faire des coups. Ils se réfugient derrière ton nom. Je refuse. C’est pourquoi je ne fais plus Cinéman, de Yann Moix. L’idée était géniale mais je n’ai pas été convaincu par le scénario.


A quel moment avez-vous ressenti que vous deveniez un « bon coup » ?

A partir du succès de Podium. Même mon agent ne prend plus de décision réelle. Elle attend mon avis et renchérit. Les décisionnaires testent les projets sur les acteurs : si on dit oui, ils y vont. Du coup, c’est toi qui deviens responsable.


Si on prend « Astérix » ?

Que je sois dedans ou pas, c’était pareil. Le rôle avait été écrit pour moi. Mais je savais que si je disais non, n’importe qui aurait pris ma place. C’est un rôle en or. Cela dit, je ne la souhaite à personne, cette place ! Ce fut un tournage très difficile. J’ai eu affaire à des gens qui étaient très prudents mais pas très courageux face au « tout à l’ego ». Tu tombes sur des gens à l’ego démesuré et si tu n’as pas de courage, tu deviens aussi coupable qu’eux de leur comportement. Il y a des choses qui, humainement, ne se font pas. Au XIXe siècle, quelqu’un avait déjà dit : « Notre époque fait de plus en plus preuve de prudence et de moins en moins de courage. » Le cinéma se résume à ça aujourd’hui.


Avec cette lucidité, comment envisagez-vous la suite de votre carrière ?

On va dire que je deviens aigri. Faux. Mais tu ne peux pas être lucide dans ce métier. On va plutôt te demander une forme de bêtise. On préfère qu’un acteur soit un crétin. Plus tu es con et plus tu as facile. Moi, par exemple, quand je joue, je joue premier degré. Comme un idiot. Je ressens les émotions qu’on me dit de jouer. Mais dès que tu deviens lucide sur le système, on te traite de fou.


C’est ce qui se dit de vous ?

Oui. On se méfie de moi parce que je suis dur. Mais je suis dur car il y a une exigence à avoir dans le travail. Je ne veux pas faire de la soupe. D’autant que je monte au front. Sur Astérix, sur Les deux mondes, sur Cow-boy. D’où une exigence non pas par rapport à mon ego mais par respect pour les spectateurs. Quand tu travailles avec Benoît Mariage, c’est un bonheur : on est tellement amis, on se connaît tellement bien qu’on peut changer une scène le matin même pour ne pas se répéter, aller plus loin, être plus forts. Certains réalisateurs ne peuvent pas imaginer ça. Tu as beau leur dire que la scène ne fonctionne pas, ils ne décollent pas de ce qui est écrit.

Cette année, avec Benoît Mariage, Daniel Cohen, mais aussi sur Astérix, j’ai vraiment eu la sensation de faire mon métier. Astérix, ce fut très dur et je ne m’attendais pas à ce que ce le soit autant. Je joue le méchant, celui qui veut gagner les jeux olympiques pour épouser la princesse. Mais c’est un film pour les mômes. Donc il faut faire un peu peur mais pas trop, et être ridicule tout le temps. Faire peur mais aussi faire rire. Cet équilibre est difficile.

Mais je pense que ma place est plus dans le cinéma belge. Je me sens mieux à tourner un film avec Benoît Mariage, même avec de moindres moyens et un salaire moindre, que d’aller faire d’énormes machines où je ne me retrouve pas. Quand je fais Astérix, je sais vers quoi je vais. On se doute bien qu’on ne va pas se demander quel est le sens profond de la phrase de Brutus. C’est de l’efficacité au service d’un grand divertissement populaire. Ce qui est plus difficile, c’est d’être impliqué dans des films qui jouent sur les deux tableaux, style « films intelligents, drôles, sensibles » mais qui n’ont rien à dire. Je ne veux plus faire des films qui n’ont rien à dire.


Cela veut-il dire qu’enfin, vous allez réaliser votre propre film promis depuis quatre ans ?

Oui. C’est décidé. J’ai beaucoup travaillé sur mon scénario. J’ai mon acteur principal, donc je ne peux pas le faire attendre deux ans. Je dois tourner à l’été 2008. Mais je veux le faire comme je le fais avec Benoît, en prenant le temps et en réfléchissant. Ça parlera du travail, du chômage mais pas de manière sinistre. Ce sera une comédie, l’anti-Rosetta. J’ai besoin de montrer que la Belgique est belle. Je vais aller tourner en Gaume. C’est une des plus belles régions de notre pays. Je veux une vie de village. Une usine artisanale de saucisson. Car le saucisson gaumais est mon préféré ! On parle toujours de la bière belge, jamais du saucisson ! Je veux montrer qu’on a un pays magnifique et un saucisson formidable.


Vous pourriez fêter vos vingt ans de carrière car « Pas de C4 pour Daniel Daniel » date de 1987…

Vingt ans que je mets ma gueule sur les écrans ! Car faire du cinéma, c’est un grand mot. Jean Rochefort m’a appelé à un moment où je n’étais vraiment pas bien et il m’a dit : « J’ai eu ça à votre âge. Je suis allé dans le mur. Pour en sortir, je me suis trouvé une autre passion, les chevaux. Il vous faut une autre passion. Sinon vous allez capoter. » C’est très bienveillant de sa part. Or, la bienveillance est beaucoup moins courante que les commérages, dans ce métier.


Avez-vous trouvé ?

Je cherche. J’ai recommencé à dessiner. Je vais nettoyer tout ce qui est de l’ordre du parasite, de l’orgueil. Le cinéma est un milieu où tu peux rester dedans les yeux fermés. J’adore tourner. Mon cœur démarre quand j’entends « moteur ». Mais il y a tellement de choses autour qui flattent l’acteur et le tiennent en veilleuse. Et tu te fais prendre dans cette léthargie de l’ego.


Comment envisagez-vous le futur ?

Pour l’instant, je ne veux plus bouger de la Belgique. Il y a un potentiel ici. Je vais me battre. Cela va être plus difficile pour moi. Je ne veux plus un film de plus uniquement pour gagner de l’argent. Je bougerai si c’est génial. Un réalisateur m’a proposé de jouer de Gaulle jeune, un autre Offenbach. Ça m’intrigue, c’est gonflé… Belles gageures. Je crois avoir la lucidité au bon moment. Le public le sent. Je ne veux pas devenir Gérard Depardieu. Je ne veux pas avoir sa détresse. C’est un acteur immense mais sa détresse est infinie. Il pleure comme un enfant. Il peut être immonde et craquant d’humanité. Mais il est allé trop loin. Il ne peut plus faire marche arrière. Sa seule arme aujourd’hui, c’est le cynisme. Je ne veux pas de ce cynisme car c’est le découragement, c’est la fin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Lun 31 Déc 2007 - 19:49



Benoît Poelvoorde : un cow-boy à la barre
27/09/2007 16:30

Le Vif/L'Express a reçu longuement Benoît Poelvoorde. En grande forme après une "crise de la quarantaine", l'acteur a commenté l'actualité, a invité le chanteur Saule et évoqué son nouveau film Cow-boy, de Benoît Mariage.

Admettons-le : il est rare qu'un rédacteur en chef fasse l'unanimité au sein de sa rédaction. C'est pourtant arrivé - près de chez vous ! - cette semaine au Vif/L'Express. La venue de Benoît Poelvoorde, à qui, exceptionnellement, nous avons demandé de prendre les rênes du magazine, a été rendue possible à l'occasion de la présentation de son nouveau film, Cow-Boy , qui fera l'ouverture du Festival de Namur, ce vendredi. Un film où Benoît Poelvoorde excelle dans le rôle d'un homme en pleine crise de la quarantaine, qui jette un regard désabusé, mais revanchard sur les échecs qui ont marqué la première moitié de sa vie.

Pourquoi lui ? Il faut bien en convenir : pour les médias, Benoît Poelvoorde est ce que l'on appelle familièrement « un bon client ». Un homme aux antipodes du système GPS, qui emmène ses interlocuteurs précisément là où ils ne comptaient pas aller. Jamais à court d'idées, même s'il répugne à commenter certains faits de l'actualité « qu'il ne connaît pas suffisamment ». Jamais avare non plus du bon mot qui fait mouche. Son langage très direct, parfois très cru, souvent décalé, mais toujours pertinent, a fait régner dans la rédaction une ambiance qu'elle n'avait jamais connue auparavant.



Wim Kempenaers

Un homme qui a autant de talents - il dessine également - et qui dévore deux à trois livres par semaine est forcément ouvert sur le monde et a plein de choses à nous dire. Certes, parfois, les chemins empruntés par Benoît Poelvoorde sont fort tortueux. Un exem-ple ? Vous lui parlez de la problématique de la mobilité... Il vous raconte, hilare, qu'il a pris récemment en stop un étudiant « black » qui prétendait être l'ancien recteur de l'UCL et l'ex-petit ami de Catherine Zeta-Jones... Ça ne peut arriver qu'à lui !

"Ah! Ces ministres rougeauds de la Communauté française qui défilent chaque année à Cannes pour y dévaliser les fûts de bière"
Mais, derrière ce qui peut apparaître comme un « show permanent », c'est surtout le caractère profondément humain et l'accueil qu'il réserve à chacun qui interpellent. Comme le dit joliment Michel Strée - dont l'histoire a inspiré le scénariste de Cow-Boy -, Benoît Poelvoorde est « un être profond, sensible, écorché, attachant ». Ses coups de gueule sont rafraîchissants. Contre le venin séparatiste qui s'insinue sournoisement à tous les étages. Contre le show-biz qui, très souvent, perd la boule et gonfle les ego. Contre les ministres rougeauds de la Communauté française qui défilent chaque année à Cannes pour y dévaliser les fûts de bière...

Ses coups de c£ur, eux, nous ramènent en permanence - et parfois de manière obsessionnelle - à l'humain. En regardant les ombres qui l'entourent, en écoutant certains de ses silences, on devine que les fêlures et les fragilités n'ont pas été absentes de sa vie, en particulier ces derniers temps. Mais Benoît Poelvoorde arrive - comme il le dit lui-même - à un âge où il a envie de se battre pour ce en quoi il croit profondément, à commencer par le film, très touchant, de son ami Benoît Mariage. Sa trajectoire fait encore monter l'impatience de le voir passer, un jour, de l'autre côté de la caméra. Cela ne saurait tarder...

Nicolas Ghislain, Rédacteur en chef adjoint

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Lun 31 Déc 2007 - 21:09

Merci So pour cet article Wink flower




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Mar 1 Jan 2008 - 14:56

Grand merci à Pierrot qui a réussi
à se procurer ce magazine 044 mon garçon Wink

délivré uniquement à l'intérieur des rames
aux voyageurs utilisant le TGV.
publié sous deux couvertures et deux photos différentes
semble t-il
voici celui distribué ce vendredi 21 décembre 07
TGV gare de Lyon Paris.



Tout comme Ben affraid je n'en crois pas mes yeux affraid
ce magazine (gratuit) est déjà en vente sur ebay.fr

Shocked :!: :!: Shocked :!: :!: Shocked











_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Mer 2 Jan 2008 - 16:08


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   Mer 2 Jan 2008 - 17:24



SOIRÉE DE CLÔTURE
Benoît Poelvoorde vient faire son show au festival d' Arras
dimanche 18 nov 07.





Sauf retournement de situation à la dernière minute, Benoît Poelvoorde sera bien à Arras, ce soir. L’acteur belge viendra présenter, pour la soirée de clôture, « Cow-Boy », où il est tout simplement excellent.
« La venue de Benoît est confirmée, déclare, tout sourire, Éric Miot, délégué général du festival. Un petit volant de soucis pourrait arriver par rapport à la grève. Comme c’est dimanche, je suis moins inquiet qu’en temps normal. » Après la présentation des Deux Mondes au Grand Rex de Paris, Poelvoorde filera, direction Arras, pour arriver avant la fin de la projection de Cow-Boy . « Il m’a dit qu’il venait à Arras pour faire la fête… », raconte un journaliste qui le connaît bien. Comme chez Cauet, jeudi soir sur TF1, tout Arras attend le show Poelvoorde !

Avant, les spectateurs du Casino pourront se régaler devant Cow-Boy. L’acteur belge y campe un journaliste de télévision souhaitant revenir sur le devant de la scène. Il décide de retrouver les protagonistes d’une prise d’otage qui a eu lieu vingt-cinq ans auparavant. Hélas pour lui, le ravisseur de l’époque n’est plus le révolutionnaire de l’époque… La Belgique, comme Pas sérieux d’abstenir le démontre dans les inédits d’Europe, sait raconter des histoires émouvantes qui nous touchent. En toute simplicité comme le prouve Cow-Boy.
J. L.


> Soirée de clôture, au Casino à partir de 19 h, avec la projection, en avant-première, de Cow-Boy.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INFOS PRESSE AUTOMNE 07.   

Revenir en haut Aller en bas
 
INFOS PRESSE AUTOMNE 07.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» infos presse
» Mes vendanges, c'est ma petite scène d'automne !
» 64ème Salon philatélique d'automne
» L'automne à l'étang de Croth
» En robe d'automne, Elmer salue le retour de la pluie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: ARTICLES DE PRESSES ET INTERVIEWS.-
Sauter vers: