AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 PRESSE BELGE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: PRESSE BELGE.   Mar 4 Sep 2007 - 3:48








Cinéma A Montréal, avant Namur
Belgian cow-boy désarmant
Premier regard sur le film tant attendu de Benoît Mariage
avec un Benoît Poelvoorde bouleversant.
BRADFER,FABIENNE
vendredi 31 août 2007.


Un cow-boy au pays des Indiens ! Il n'y a peut-être pas de hasard. Si on a annoncé en fanfare que le film tant attendu de Benoît Mariage ferait l'ouverture du Festival de Namur le 28 septembre, ce même Cow-boy, qui sortira en salle en décembre, se livre en ce moment aux premiers regards publics à mille miles du Vieux Continent. Retenu parmi la flopée de films présentés au Festival des films du monde de Montréal, le film du Namurois, porté par un autre Namurois célèbre, Benoît Poelvoorde, va sans doute surprendre, émouvoir, faire rire, dérouter, interpeller, faire craquer outre-Atlantique. Car cette œuvre profondément personnelle, qui nous embarque dans une reconstitution de prise d'otages façon « Strip-tease », pour mieux nous cueillir avec des questions existentielles touchant l'intime et le cinéma, est à l'image de son auteur et de son interprète principal, deux quadras qui s'interrogent sur le sens de leur vie. Fragile, en doute, hésitant, confus, fou, désarmant et bouleversant.


Devant la caméra de Benoît Mariage, Benoît Poelvoorde tombe peu à peu les masques du pitre génial qu’il est pour qu’apparaisse l’humain terriblement humain Une manière de se réconcilier avec soi-même

L'histoire s'inspire d'un fait divers réel. En 1980, le jeune Michel Strée détournait un bus scolaire de Vielsalm vers Bruxelles dans le but d'obtenir la parole sur les antennes de la RTBF, afin d'attirer l'attention sur les inégalités sociales du pays. Mais ne vous y méprenez pas, l'aventure de Strée, interprété avec bagout par Gilbert Melki, n'est que prétexte pour évoquer les rêves trahis, les idéaux oubliés. Comme si après s'être consacré à « l'autre », Benoît Mariage disait l'importance et la difficulté de s'écouter. D'écouter celui qu'on a été pour être fier de ce qu'on est. Car la fin ne justifie jamais les moyens.
Doit-on tout perdre pour retrouver l'essentiel ? Sur un ton tragi-comique, le cinéaste belge tente une réponse en filmant le naufrage total d'un homme qui n'imagine pas que l'échec peut être salutaire, qui croit qu'il faut briller pour être aimé et qui n'a pas encore compris que la reconnaissance du monde ne vaut en rien celle de ceux qu'on aime.
Cow-boy, nourri de beaux seconds rôles (Bouli Lanners, François L'Embrouille, Olivier Gourmet ) est donc un film de retrouvailles. Entre Mariage et Poelvoorde, complices depuis Le signaleur il y a dix ans. Entre Benoît Poelvoorde et Julie Depardieu, déjà mari et femme dans Podium. D'ailleurs, dans la première partie du film, on dirait que Poelvoorde n'a pas quitté le costume du pathétique Bernard Frédéric, obsédé lui aussi par le devant de la scène. C'est peut-être pour ça qu'on osera dire que Cow-boy peut également être le film des retrouvailles entre Benoît Poelvoorde et Poelvoorde Benoît qui trouve en ce personnage de journaliste has been, cherchant à revenir en filmant les protagonistes d'une prise d'otages 25 ans après, l'expression de ses propres doutes et dérives.
Souvent, l'acteur a confié que Mariage était le cinéaste qui le connaissait le mieux et que c'est avec lui qu'il irait loin. Avec Cow-boy, et surtout dans la scène finale où la caméra saisit toutes les nuances de son visage isolé au milieu d'une chorale, on sait qu'il touche là un état de grâce rare et difficile. Bien au-delà des Convoyeurs attendent. Car jaillit soudain une bouleversante fragilité, une incroyable humanité. Comme si, soudain, l'acteur laissait tomber tous les masques du pitre génial qu'il est – dans ce registre, on l'attend dans Astérix – pour faire paraître l'humain terriblement humain qui, contrairement au cow-boy des westerns de John Ford, ne s'en va pas solitaire. Même Anne Fontaine n'avait pas obtenu ça dans Entre ses mains ! Bravo Benoît ! Les deux, évidemment. Rendez-vous à Namur.

_________________


Dernière édition par le Mar 4 Sep 2007 - 14:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: PRESSE BELGE.   Mar 4 Sep 2007 - 4:08


_________________


Dernière édition par le Mar 4 Sep 2007 - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: PRESSE BELGE.   Mar 4 Sep 2007 - 4:49






Cow-boy de Benoît Mariage : tournage

Mardi 8 novembre 2005, à la Panne. 17 ème jour de tournage du dernier long métrage de Benoît Mariage : Cow-boy.
Benoît Mariage y retrouve un Benoît Poelvoorde au meilleur de sa forme ; facétieux et concentré.


Autour des deux Benoît, que des fidèles, des amis …

De droite à gauche, François Damiens, Gilbert Melki, Philippe Nahon, Henry Ingberg, Benoît Mariage et Benoît Poelvoorde

A la production, Dominique Janne pour K2 ; à l’image, Philippe Guilbert, au son Olivier Hespel et c’est Boris Van Gils, le très ferme premier assistant qui rappelle à l’ordre.

Henry Ingberg, Secrétaire général de la Communauté française est présent ce jour-là. Il tient à réaffirmer par sa présence, l’attachement de la Communauté au cinéma belge en règle générale, et à ceux qui le font au quotidien en particulier.
« Vivre concrètement un tournage, c’est rappeler les réalités de la conception d’une œuvre ».

La Communauté française est intervenue à hauteur de 620.000 euros dans le financement de la production de Cow-boy. En 1997, elle avait déjà soutenu le court métrage de Benoît, Le Signaleur, sélectionné à La Semaine de la Critique notamment. Elle a continué à le suivre dans ses deux premiers longs métrages : Les Convoyeurs attendent et L’Autre.

15h, le temps est ensoleillé et le vent assez fort. Une lumière magnifique.

La mer monte plus rapidement que prévu. Les machinos et les techniciens déplacent, avec méthode et précision, le matériel sous la houlette de Philippe Guilbert. Comme un seul homme. Les figurants et seconds rôles (les otages dans le film), qui sont sur le tournage depuis une dizaine de jours, suivent les opérations, certains donnent un coup de main. Hier soir, ils ont fait la fête pour « leur » fin de tournage et ils ne veulent pas perdre un instant de « leur » film. Gilbert Melki, Benoît Poelvoorde et Philippe Nahon qui faisait une prestation remarquable dans le film de Yvan Le Moine Vendredi ou un autre jour se mettent en place… Silence on tourne.

Piron, journaliste télé au placard tient, croit-il, une idée de génie : retrouver les protagonistes d’une prise d’otages qui avait fait, 20 ans plus tôt, la Une des télés.
Hélas pour lui, le ravisseur révolutionnaire et idéaliste d’antan est devenu un gigolo veule et vénal. Le film génial prévu devient une grotesque mascarade…
Pour le sauver, Piron n’a plus qu’une solution : manipuler la réalité.

Date du début des prises de vues : 17 octobre 2005 (40 jours, Bruxelles, Wallonie, mer du Nord)
Marie-Hélène Massin

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRESSE BELGE.   

Revenir en haut Aller en bas
 
PRESSE BELGE.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obliteration belge bizarre sur semeuse , aide svp ?
» coup dur pour protech l' importateur Belge
» Histoire des "Commando" au Congo..et blague belge..
» La presse horlogère a des beaux jours ...
» Tarif poste belge valeur 01.01.2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: ARTICLES DE PRESSES ET INTERVIEWS.-
Sauter vers: