AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 POUR RIRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: POUR RIRE   Jeu 27 Avr 2006 - 15:56



Casting complet
Réalisation
--------------------------------------------------------------------------------

Réalisateur Lucas Belvaux


Acteur(s)
--------------------------------------------------------------------------------

Alice Ornella Muti
Nicolas / Pierre Jean-Pierre Léaud
Gaspard Antoine Chappey
Juliette Tonie Marshall
le juge André Cazalas
L'innocent Benoît Poelvoorde
lui-même
Michel Bernard Fau
Marie Helene Foubert
Charpin Philippe Fretun
le policier Vincent Gardinier
l'infirmière Francoise Lebrun
le sauveteur Jacques Vendroux


Scénario, production
--------------------------------------------------------------------------------

Scénariste Lucas Belvaux
Producteur Paulo Branco
Production Gémini Films, France
Madragoa Filmes, Portugal


Equipe Technique
--------------------------------------------------------------------------------

Compositeur Riccardo Del Fra
Directeur de la photographie
Ingénieur du son Philippe Morel
Costumière Nathalie Raoul
Monteur Danielle Anezin
Chef décoratrice Frédérique Belvaux

Distribution
--------------------------------------------------------------------------------

Distribution Rezo Films, France


Dernière édition par le Mar 23 Mai 2006 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: POUR RIRE   Mar 23 Mai 2006 - 13:31

Comme pour couper l'herbe sous le pied des critiques, Lucas Belvaux fait lui-même, dès le titre, le commentaire de son film : Pour rire ! Tout le contraire, a priori d'un titre opaque. Mais il faut toujours se méfier de ce qui paraît trop clair, trop explicite; le piège n'est jamais loin. Un tel programme annoncé d'avance conditionne forcément la vision du film. Un peu comme un filtre. Le spectateur, sachant cela, attend de voir. Et attend de rire.
Alors, quand le film s'ouvre sur un procès pour crime passionnel, il se demande un peu si c'est sérieux ou juste pour rire. Pour aller plus loin, il est en droit de se demander : ce titre, n'était-ce pas, justement, pour rire ? Non, bien sûr, où serait l'intérêt, sinon? Et de fait, on rit beaucoup.

D'où la question immédiatement corollaire : une fois qu'on sait que, oui, on va rire, on se demande de quelle manière. Et c'est là que Belvaux frappe fort : il ne choisit pas entre un rire franc, bon enfant, et un rire jaune puisqu'on a droit aux deux. Mais de quoi s'agit-il exactement ? Un homme (Jean-Pierre Léaud dans son exercice préféré : la réinvention de lui-même) découvre que sa femme le trompe. Plutôt que de lui faire une grande scène d'hystérie (toujours pénible), par un procédé qu'on ne révélera pas, il va se lier d'amitié avec l'amant, pour mieux saboter la liaison (on surveille mieux de près) tout en essayant de regagner le coeur de sa femme.

Belvaux reprend un thème usé jusqu'à la corde (le ménage à trois vaudevillesque) et se dit qu'il va bien rire. Après tout, c'est dans les vieux clichés qu'on fait les meilleurs détournements. Il fait de Léaud un manipulateur d'autant plus convaincant qu'on ne l'imagine pas du tout dans ce rôle (l'acteur comme le mari). Il n'a pas vraiment l'allure du cerveau inquiétant et froid, calculateur et revanchard, comme un Machiavel de hasard. La mise en scène, à l'air faussement détaché, renforce encore cette impression d'improvisation qui évite au film d'être un de ces objets bien ronds, bien polissés, sans fausse note, travail de celui qui a tout prévu et veut que ça se voie. Autre tour de force, donc : Belvaux filme le travail (de sape de Léaud) mais le camoufle intelligemment. Donner, dans une machination, l'impression d'un hasard possible permet d'éviter le fatalisme, plutôt ennuyeux en termes de fiction parce qu'il ôte la possibilité de croire en une fin à notre convenance.

Mais tout cela ne serait décidément que pour rire (le rire franc) si le cinéaste n'avait décidé de donner une vraie épaisseur aux personnages de la femme et de l'amant, montrant ainsi la cruauté du jeu auquel s'adonne le mari (le rire jaune). L'amant, photographe sportif, est rigoureusement dépourvu de duplicité. C'est même un type absolument charmant, prêt à se jeter à l'eau pour secourir quelqu'un, sans calcul. De telle sorte que le dindon de la farce est aussi le personnage le plus évidemment sympathique. Lucas Belvaux nous rappelle ainsi, et de belle manière, que rien n'est jamais vraiment pour rire, qu'il y a toujours quelque chose derrière, que le rire innocent n'existe pas.

Geoffroy Klompkes

POUR RIRE !
France, 1996, 100'.
Réal. et scén. : Lucas Belvaux. Image : Laurent Barès. Son : Philippe Morelle. Mont.: Danielle Anezin. Int. : Ornella Muti, Jean-Pierre Léaud, Antoine Chappey, Tonie Marshall. Wink BENOIT POELVOORDE


Wink xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Malgré les nombreuses sollicitations, Benoît Poelvoorde se tourne alors vers la scène et monte avec Bruno Belvaux, frère de Rémy, “Modèle déposé”, un one-man show qu'il joue en tournée en Belgique puis durant six mois au Café de la Gare à Paris. Il investit ensuite le petit écran, co-écrivant et jouant pour Canal+ “Jamais au grand jamais” (1996) puis, dans la foulée, “Les Carnets de Monsieur Manatane”, devenus cultes, où il peaufine son personnage comique. Il est temps pour lui de revenir au cinéma, avec un petit rôle dans le premier long métrage de
Lucas Belvaux (le frère de Rémy et Bruno), un court métrage décalé – LE SIGNALEUR de Benoît Mariage (1998) – et surtout LES RANDONNEURS de Philippe Harel, où il campe un moniteur hâbleur et sûr de ses compétences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: POUR RIRE   Mar 23 Mai 2006 - 13:32

LUCAS BELVAUX

Actuellement au cinéma dans : JOYEUX NOEL

Biographie

Après avoir suivi sa scolarité dans l'internat de Philippeville (province de Namur) où son père est administrateur, Lucas Belvaux décide, à 16 ans, d'abandonner ses études et de partir pour Paris, afin de devenir comédien. Inscrit dans un cours privé, il rencontre rapidement un agent qui lui permet de trouver ses premiers rôles dans des téléfilms.

En 1981, Lucas Belvaux fait ses débuts au cinéma, en jeune homme insoumis, dans Allons z'enfants, le plaidoyer anti-militariste d'Yves Boisset. Aperçu chez Losey et Zulawski, le comédien tourne en 1985 avec deux maîtres de la Nouvelle vague, Claude Chabrol (Poulet au vinaigre, dans lequel il incarne un facteur trop bavard) et Jacques Rivette (Hurlevent, variation autour de l'oeuvre d'Emily Brontë). Entre naïveté et romantisme, Lucas Belvaux campe un amoureux du rock dans Désordre, premier long métrage d'Olivier Assayas en 1986, et un clerc de notaire qui séduit Madame Bovary dans l'adaptation par Chabrol du chef-d'oeuvre de Flaubert (1991).

Au début des années 90, Lucas Belvaux décide de passer derrière la caméra. Auteur d'une première oeuvre intimiste passée un peu inaperçue (Parfois trop d'amour), il obtient les faveurs de la critique et du public avec Pour rire ! (1996), vaudeville décalé qui révèle son sens du casting (Jean-Pierre Léaud/Ornella Muti). Fort de ce succès, il se lance dans un triptyque composé d'une comédie (Un couple épatant), d'un thriller (Cavale) et d'un mélodrame (Après la vie), les personnages principaux de chaque film devenant les personnages secondaires des deux autres. Le Prix Louis-Delluc viendra couronner en 2005 ce projet aussi ludique qu'ambitieux. Parallèlement, Belvaux continue de faire l'acteur, de manière épisodique, chez Hervé Le Roux, Akerman, Christian Carion, ainsi que dans ses propres films, comme La Raison du plus faible (2006), polar social tourné dans sa Belgique natale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: POUR RIRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
POUR RIRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stages of photographer [juste pour rire]
» Juste pour rire un coup, Rumeur HE
» QUELQUES RIMES à SERGE (pour rire)
» juste pour rire
» Juste pour rire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: FILMOGRAPHIE-
Sauter vers: