AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 BEN LIT LE PETIT NICOLAS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: BEN LIT LE PETIT NICOLAS.   Sam 19 Sep 2009 - 11:12




Benoît Poelvoorde lit
"Le Petit Nicolas"





Photo : IMAV éditions/ Goscinny-Sempé/Relaxnews


Les éditions Gallimard Jeunesse ont demandé à l'acteur Benoît Poelvoorde (Coco avant Chanel) de prêter sa voix pour le livre-audio d'aventures inédites Petit Nicolas, le ballon et autres histoires inédites à paraître à la rentrée. Le comédien sera tour à tour Nicolas, Alceste, Agnan, la maîtresse, le père et la mère du jeune héros inventé il y a 50 ans par René Goscinny et Jean-Jacques Sempé.




Une exposition à l'occasion de l'anniversaire des 50 ans du Petit Nicolas se tient depuis mars dernier à l'Hôtel de Ville de Paris et s'achevera le 4 juillet prochain.

Les éditons IMAV ont également publié Le Petit Nicolas, le ballon et autres histoires inédites.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: BEN LIT LE PETIT NICOLAS.   Sam 19 Sep 2009 - 11:20



IL EST TERRRRIBLE,,, POELVOORDE

Françoise Dargent.


L'acteur n'avait jamais lu les histoires du Petit Nicolas :
« Je les découvre en les lisant devant le micro.»

Le comédien prête sa voix aux héros du «Petit Nicolas». L'enregistrement sortira à la rentrée sous forme de «livre audio».


Tiens, le Petit Nicolas a grandi. Il ressemble à Benoît Poelvoorde. La semaine dernière, l'acteur prêtait en effet sa voix au héros de Goscinny et Sempé dans le cadre de l'enregistrement sonore des inédits du Petit Nicolas. Deux fois trois heures pour enregistrer à la vitesse de l'éclair Le Ballon, et cinq autres histoires pour un livre-CD qui sortira à la rentrée chez Gallimard Jeunesse.
Benoît Poelvoorde au royaume du Petit Nicolas, c'est un peu comme si Tintin débarquait dans le Far-West de Lucky Luke, un grand type blond qui fait son entrée dans la cour des petits bagarreurs. Il n'y coupe pas. Dès les premières lignes de La Pomme, qui raconte une séance de dessin dans la classe, Maixent et Clotaire s'empoignent. La maîtresse s'énerve et Benoît Poelvoorde s'exclame « Et Maixent a eu des lignes ! ». Le commentaire des superviseurs, de l'autre côté de la fenêtre du studio, ne tarde pas à tomber : « On le refait, articule mieux pour les lignes. C'est un mot qui n'est plus si familier. » Poelvoorde opine sous son casque : « Les gosses vont croire que c'est de la coke. » Un enregistrement avec Poelvoorde sous le casque, c'est donc bien comme une prise de vue avec Poelvoorde devant la caméra. Un grand moment. Le comédien est tour à tour Nicolas (juvénile), Alceste (la bouche pleine), Agnan (pédant), la maîtresse (haut perchée), le père (fier) et la mère (fatiguée). Entre deux tirades (à la mitraillette) et après la virgule (respiration), il donne des claques imaginaires en mettant le ton (paf paf). Un retour en enfance ? « Moi, j'aime bien Rufus dont le père est policier. Ça me rappelle mon grand-père qui était flic. Mais à l'école, j'étais assurément plus proche de Clotaire, le dernier de la classe, que d'Agnan. »
Poelvoorde, qui n'a désormais plus besoin d'imiter la signature des parents, avoue : « Je n'ai jamais lu Le Petit Nicolas, mais cela ne m'empêchait pas de regarder les dessins de Sempé que j'admire beaucoup. J'adore sa manière de croquer les petits héros du quotidien. C'est pour ça que j'ai accepté cette offre de Gallimard. Je découvre les histoires de Goscinny en les lisant devant le micro. Je suis obligé de reconnaître qu'il a su retransmettre la spontanéité enfantine. »
Pas de nostalgie, donc, chez le comédien éduqué dans un internat belge chez les Jésuites, ce qui, dirait Nicolas, n'est pas vraiment l'école, puisqu'on ne peut pas en sortir tous les soirs et ça, c'est vraiment pas terrible. Il partage néanmoins avec le héros de Goscinny un souvenir commun : « On a eu droit nous aussi à des projections de films. Malheureusement, il n'y en avait que deux qui repassaient en boucle, Le Fou du Labo 4, avec Jean Lefebvre. Ne me demandez pas pourquoi. Et Le Jour le plus long, que j'ai vu des dizaines de fois. Autant dire que je les connais par cœur. Même si l'école du Petit Nicolas ne ressemble pas à la mienne, je pense que Goscinny s'adresse bien aux enfants, à l'inverse de nombreux auteurs adultes qui se réfèrentà une image fantasmée de l'enfance. C'est comme pour les jeux, le gamin préférera toujours le truc en plastique fluo plutôt que le beau jouet de bois. Le Petit Nicolas parle aux enfants comme sait aussi le faire Titeuf. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: BEN LIT LE PETIT NICOLAS.   Sam 19 Sep 2009 - 12:08



La saga de l'été


Il était une fois...le Petit Nicolas


26 septembre 1960
Editions Denoël



L'écolier en culottes courtes souffle ses ...50 bougies.
Comment est née cette saga qui a réussi à ne pas prendre une ride ?
Récit.

Quel âge pourrait-on donner au Petit Nicolas ? 8 ans ? 9 ? 10 ? Non, le petit écolier au pull rouge vient tout juste de fêter ses 50 ans. Et sans une ride ! La toute première histoire signée Sempé et Goscinny est parue le 29 mars 1959 dans les colonnes de Sud-Ouest Dimanche. Depuis un demi-siècle, le petit héros et sa "bande de chouettes copains" - Alceste, Agnan, Eudes, Clotaire... - imprègnent l'inconscient collectif français. Les trois tomes d'inédits publiés depuis 2004 sont sur le point de franchir la barre du million d'exemplaires. Et une adaptation cinématographique audacieuse sortira le 30 septembre. Pourtant, quelle énigme ! Comment un petit garçon qui compte en anciens francs, porte la cravate et n'a pas la télévision parvient-il à séduire la génération YouTube et la France d'Entre les murs ?
A l'origine, Nicolas est une création graphique du seul Sempé, en 1956, dans les colonnes de l'hebdomadaire belge Le Moustique. "Un jour, je leur ai proposé le dessin d'un petit garçon en culottes courtes qui se roulait dans la boue, se souvient le dessinateur. Le rédacteur en chef m'a dit : "Trouvez-lui un nom d'ici demain !" En me rendant en bus au rendez-vous, je tombe sur une publicité pour les vins Nicolas. J'ai trouvé que cela lui allait pas mal..." Chaque semaine, Sempé vient remettre ses dessins pour Le Moustique à la World Presse, sur les Champs-Elysées. "Par un doux après-midi du printemps 1955, on me présente un jeune homme qui débarquait des Etats-Unis. C'était René Goscinny. Nous étions tous les deux extrêmement timides. Pour moi, cet homme était un explorateur - il avait vécu à New York ! Nous sommes allés manger des oursins dans une brasserie. Dès le premier soir, nous étions amis."



Imav éditions/ Goscinny

En février 1964, le duo Goscinny-Sempé reçoit le prix de l'humour Alphonse-Allais pour Le Petit Nicolas et ses copains. Une distinction allègrement fêtée par un lancer de crêpes.





16 septembre 1961
Editions Denoël


C'est Henri Amouroux qui sera le "parrain" de l'alchimie entre les deux compères. En ce début du printemps 1959, l'historien de l'Occupation cherche une histoire un peu originale pour le numéro de Pâques de Sud-Ouest Dimanche, dont il est rédacteur en chef. "Pourquoi ne pas utiliser le Petit Nicolas ?" lance Goscinny. Quelques jours plus tard, il débarque chez Sempé avec un texte dactylographié. Ce dernier raconte : "Il y avait Nicolas, mais aussi toute une bande de copains aux noms étranges - Eudes, Rufus, Maixent - et un surveillant général surnommé le Bouillon. Tout était en place, c'était merveilleux." Tout, c'est-à-dire Alceste, "un gros qui mange tout le temps" ; Agnan, "le chouchou de la maîtresse" ; Clotaire, "le dernier de la classe" ; Geoffroy, "son papa est très riche", etc. Et puis une série d'adjectifs - avec Nicolas, tout est "chouette" ou "terrible" - de gimmicks - "on a bien rigolé", "elle est gentille mémé" - et le parfum délicieux d'une enfance idyllique entre des copains fidèles et des adultes au comportement toujours incompréhensible. Le Petit Nicolas a trouvé sa formule.
Son univers emprunte autant à la cour de récréation du collège français de Buenos Aires, où Goscinny était un élève modèle, qu'à l'école de Bordeaux, où Sempé se distinguait plutôt comme chahuteur. Question subsidiaire : où vit le Petit Nicolas ? Paris, Bordeaux, banlieue parisienne ? C'est en vain que l'on cherche le moindre indice. "Mais partout et nulle part ! On ne voulait surtout pas situer ces aventures géographiquement. J'ai toujours été comme ça dans mes dessins", insiste Sempé. Quant au cadre chronologique, certains événements - l'arrivée de la télévision dans la famille de Nicolas, les exploits de Kopa ou de Robic, les anciens francs... - laissent à penser que l'on se trouve quelque part dans les fifties.





26 mars 1962
Editions Denoël



Le premier volume est un flop
"Chaque semaine, je recevais les feuillets de René, tapés à la machine, sans la moindre rature, poursuit Sempé. Une fois, seulement, je m'étais permis une suggestion et je l'ai regretté. Il faisait dire à l'un des enfants : "Nos mamans sont chouettes." J'avais objecté qu'un enfant aurait plutôt dit : "Nos mères sont chouettes." René, qui était ultrasensible, l'a mal pris. Je n'ai plus jamais fait la moindre remarque. J'étais émerveillé par ses textes. Je me souviens en particulier d'un passage où il racontait comment la salle de classe du Petit Nicolas était soudainement devenue sombre et qu'il avait donc fallu allumer la lumière. De la vraie littérature..."
La série est assez rapidement reprise en album. Là encore, le hasard a sa part. L'épouse d'Alex Grall, patron des éditions Denoël, a pour habitude de passer ses vacances du côté de Bordeaux. Chaque dimanche, elle s'amuse des aventures de ce Petit Nicolas dans Sud-Ouest. "Tu devrais éditer cela", glisse-t-elle à son époux. Le premier volume, tout simplement intitulé [i]Le Petit Nicolas
, sort en 1960. C'est un flop. "Nous n'avons dû notre salut qu'à une inconnue, sourit Sempé. Il s'agissait d'une libraire. En ce temps-là, il existait une coutume charmante : si vous commandiez douze exemplaires d'un ouvrage, on vous en offrait un treizième gratuit. On appelait cela le "treize douzième". Eh bien, cette libraire venait chaque semaine chez Denoël et repartait avec ses treize Petit Nicolas. C'est elle qui a sauvé la série."



07 février 1963
Editions Denoël


Un autre événement va faire connaître la "bande de chouettes copains" du duo Sempé-Goscinny. A la parution du deuxième volume, [i]Les Récrés du Petit Nicolas
, en 1961, les deux complices sont invités à Lectures pour tous, la très sérieuse émission littéraire de l'ORTF. Ce jour-là, les deux créateurs livrent quelques clefs fondamentales du Petit Nicolas. Goscinny, à propos du point de vue narratif : "C'est Nicolas qui raconte l'histoire, comme la raconterait un enfant, c'est-à-dire sans faire de mots d'enfant." Voilà qui explique sans doute pourquoi la série a toujours évité le redoutable écueil du "gnangnan". Et Sempé : "C'est un livre pour les parents quand ils ont des enfants, et pour les enfants quand ils ont des parents." Ce qui finit par faire pas mal de monde...
D'ailleurs, en 1964, la série décolle. Plus rien ne l'arrêtera. Depuis sa création, toutes éditions confondues, il s'en est écoulé 9 millions d'exemplaires en France. Ajoutons à cela des traductions dans 37 langues et 220 contrats à l'étranger - Le Petit Nicolas est un best-seller en Allemagne, en Pologne, en Grèce - et une entrée dans les manuels scolaires de sixième et de cinquième.
Enfin, sur un plan plus personnel, le Petit Nicolas ne sera pas tout à fait étranger à la naissance d'une idylle entre Goscinny et une charmante jeune femme, rencontrée lors d'une croisière et prénommée Gilberte, qui ignorait tout de lui. "Il m'a donné Le Petit Nicolas et les copains pour que je voie à peu près ce qu'il faisait... J'ai lu, et je me suis dit : cet homme est un génie !" Un génie qui deviendra bientôt son époux.


19 mars 1964
Editions Denoël
Titre devenu Le petit Nicolas a des ennuis.

Pourtant, malgré le succès, alors que Goscinny avait déjà établi le sommaire d'un sixième tome, qui devait s'appeler [i]Le Petit Nicolas et ses voisins
, la série s'interrompt en 1965. Sempé raconte : "J'ai dit à René : "Il faut que nous arrêtions avant d'être prisonniers de nos personnages. Si jamais on trouve une idée qui permette de renouveler totalement la série, alors nous nous y remettrons." " Cela faillit arriver. "J'avais eu une idée, poursuit Sempé : les écoles devenant mixtes, pourquoi ne pas imaginer Nicolas dans un tel cadre ? Lors d'un déjeuner, j'en ai fait part à René. Il était emballé. Je sais qu'il aurait traité le sujet à sa manière, de façon très pudique. Un mois après, il disparaissait..." Après la mort de Goscinny, en 1977, le succès, pourtant, ne se dément pas. La reprise des albums Denoël en Folio va même démultiplier les ventes : depuis 1960, il s'est vendu 155 000 exemplaires du premier tome, Le Petit Nicolas, en grand format, mais 3,1 millions en poche !

640 000 fans ont fait de l'album le best-seller de l'année 2004
Le Petit Nicolas aurait pu ainsi continuer indéfiniment sa petite vie. "Mais il y a six ans, se souvient Sempé, Anne, la fille de René, m'a appelé pour me dire qu'elle avait retrouvé des dizaines d'histoires publiées dans la presse, mais inédites en album. Elle est venue me les montrer, je les ai lues et je suis retombé sous le charme." "Nous sommes alors partis à la recherche des dessins de Sempé et nous avons décidé de publier le tout", raconte Aymar du Chatenet, mari d'Anne Goscinny et éditeur de ces inédits. Le couple crée sa propre maison d'édition, Imav, et fait le pari fou de réunir 80 histoires inédites dans un épais volume de 640 pages. Au départ, prudents, les époux pensent en imprimer 15 000 exemplaires. Sentant un certain enthousiasme du côté des libraires, ils en commandent finalement 50 000. Le livre sort le lundi 4 octobre 2004. "Le vendredi matin, l'acheteuse jeunesse de la Fnac m'appelle et me dit : "On n'en a pas assez, on ne tiendra jamais le week-end !" "Alors on a réimprimé en urgence", raconte Aymar du Chatenet. En quelques mois, 640 000 fans du Petit Nicolas vont faire de ce livre le best-seller toutes catégories de l'année. Une nouvelle vie commence pour le petit écolier.
Deux nouveaux tomes sortent, en 2006 et en 2009, Sempé reprenant même ses pinceaux pour illustrer certaines histoires dont les dessins étaient perdus. Et le succès, à chaque fois, est au rendez-vous. A l'heure où l'on se demande si l'on ne va pas installer des portiques de sécurité à l'entrée des écoles françaises, la poésie du Petit Nicolas opère toujours. Alors, quel est son secret ? Cri du coeur de Sempé : "Mais Le Petit Nicolas était déjà démodé au moment même où nous le faisions, à l'époque ! Voilà pourquoi il est intemporel..."




_________________


Dernière édition par BENGI* le Sam 19 Sep 2009 - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: BEN LIT LE PETIT NICOLAS.   Sam 19 Sep 2009 - 12:14

http://www.ecoles.cfwb.be/argattidegamond/Petit%20Nicolas.htm

1959-2009
50 ans que le Petit Nicolas nous fait rire !



Le Petit Nicolas a été créé il y a 50 ans par deux humoristes de génie :
René Goscinny qui écrit les textes
et Jean-Jacques Sempé qui réalise les dessins.
- 14 août 1926 :
Naissance de René Goscinny à Paris
- 17 août 1932 : Naissance de Jean-Jacques Sempé à Bordeaux
- 1955 : Rencontre de René Goscinny et Jean-Jacques Sempé
- 1955-56 : Premières ébauches de Nicolas sous forme de croquis et d’une éphémère bande dessinée dans un journal belge "Le Moustique". en tant que dessin humoristique avant de muter en bande dessinée entre 1956 et 1958, sous formes de petites saynètes reposant sur la vie quotidienne. Très vite, Sempé ne se sent pas à l'aise dans son rôle de dessinateur de bande dessinée et préfère voir évoluer les aventures du Petit Nicolas vers des nouvelles illustrées. Goscinny signe sous le pseudonyme d'« Agostini ».
[img(184,220):4c34]http://www.ecoles.cfwb.be/argattidegamond/Images%20fon/th_29[1].jpg[/img:4c34]29 mars 1959 - La première histoire du Petit Nicolas, intitulée "L'oeuf de Pâques",paraît dans Sud-Ouest Dimanche. Cet écolier pas tout à fait modèle ne devait vivre que l'espace d'une histoire, le 29 mars 1959 dans «Sud-Ouest Dimanche». Le public en a décidé autrement. C'est un succès.
Avec le Petit Nicolas, Goscinny donne toute la mesure de son talent d'écrivain : " Il arriva avec un texte dans lequel un enfant, Nicolas, racontait sa vie avec ses copains, qui avaient tous des noms bizarres : Rufus, Alceste, Maixent, Agnan, Clotaire… Le surveillant général était surnommé le Bouillon. C'était parti : René avait trouvé la formule. ", se souvient Sempé qui ajoutera : " Il a tout inventé. "
Et le journal leur demande de continuer. « C'est René Goscinny qui a trouvé le ton. René n'était jamais allé en colonie de vacances, moi oui. Le décor et l'ambiance, c'est moi, les personnages comme Agnan ou Geoffroy, c'est René, à l'exception du Petit Nicolas. Et puis, l'école est une école de Bordeaux que j'ai connue. »
Goscinny a imaginé l'univers d'un petit garçon, sa vie de tous les jours, en vacances, à la maison ou avec ses copains d'école, qui portent tous des noms bizarres : Alceste (le goinfre de la bande) , Agnan (le chouchou), Rufus (qui a des ennuis…), Eudes (qui "aime bien donner des coups sur le nez") Geoffroy (qui "a un papa très riche") ou Clotaire (le cancre). Le tout dans un style et un "langage de gosses". Goscinny confiait volontiers que le Petit Nicolas était le personnage préféré de toute son œuvre...
29 octobre 1959 - Publication du Petit Nicolas dans Pilote, dès le premier numéro, aux côtés d'Astérix.
1960 - " Le Petit Nicolas " paraît en livre aux éditions Denoël.
" Le premier recueil n'a absolument pas marché. Denoël ne voulait pas faire le second volume : Les récrés du Petit Nicolas. Seul un des éditeurs a insisté… Puis Goscinny et moi sommes passés à une émission de télévision… ", raconte Sempé.
1961 - " Les récrés du Petit Nicolas "
1962 - " Les vacances du Petit Nicolas ". Iznogoud est né dans "Les vacances du Petit Nicolas", au moment de la sieste (c’est d’ailleurs le nom du chapitre du livre), quand un moniteur de colonie de vacances tente de raconter une histoire à Nicolas et ses copains : "Il y avait une fois, dans un très lointain pays, un calife qui était très bon, mais qui avait un très méchant vizir...". L’immonde Iznogoud, qui ne rêve que de "devenir calife à la place du calife" était né ! Ses aventures sont une transposition très libre des Contes des Mille et une Nuits, où un vizir, aidé par son fidèle homme de main, Dilat Lahrat, rivalise d’astuces toutes plus ignobles les unes que les autres, pour déloger de son trône le calife obèse et bêta Haroun El Poussah. Goscinny et Tabary résumaient à leur manière les scénarii des aventures du grand vizir : "Tous les personnages sont déments, minables et ne vivent que dans le paroxysme le plus total !
1963 - " Le Petit Nicolas et les copains " - Prix Alphonse Allais, qui récompense le livre le plus drôle de l'année.
1964 - " Joachim a des ennuis ", réédité sous le titre " Le Petit Nicolas a des ennuis "
Très vite, les cinq volumes deviennent des best-sellers.
1965 - Fin des aventures du Petit Nicolas dans Sud-Ouest Dimanche et dans Pilote.
Et pourtant, confiera plus tard Goscinny : " Chaque fois que nous nous voyons, nous sommes tentés de reprendre le Petit Nicolas. "
5 novembre 1977 - Décès de René Goscinny.
" Sans lui, je n'aurais rien su en tirer ", dira Sempé. " Il avait trouvé un ton formidable, et qui
plaît encore aux enfants d'aujourd'hui. Par la suite, il m'a dit à plusieurs reprises que le Petit
Nicolas était ce qu'il préférait de toute son oeuvre… Je pense que le rêve de Goscinny était d'écrire
sans dessin, sans illustration. Les rares fois où il l'a fait, il était particulièrement heureux.
"
7 octobre 2004 - Parution des “Histoires inédites du Petit Nicolas chez IMAV éditions
Dans les archives de son père, Anne Goscinny découvre un trésor : des histoires inédites du Petit Nicolas !
" Je crois que le Petit Nicolas est une oeuvre mythique et qu'il est de mon devoir de donner au public le plaisir de découvrir ce qui est, en quelque sorte, la suite des aventures du Petit Nicolas ", déclare Anne Goscinny.
Avec près de 650 000 exemplaires vendus, le Petit Nicolas séduit encore toutes les générations : les enfants se retrouvent, les parents se souviennent.
Mars 2005 - Globe de Cristal, Prix de la Presse pour les Arts et la Culture, décerné aux " Histoires inédites du Petit Nicolas ".
5 octobre 2006 - IMAV éditions publie le second volume des " Histoires inédites du Petit Nicolas".
330 000 exemplaires vendus.


Le Petit Nicolas, chouchou des cours d'école, séduit les enfants du monde entier, avec plus de trente traductions." C'est un personnage pour lequel j'ai une tendresse toute particulière ", aimait à dire Goscinny.
2009 - 50ème anniversaire de la création du Petit Nicolas.
" L'univers du Petit Nicolas est un monde idéal. C'est l'enfance que lui et moi aurions aimé avoir. C'est le grand talent de Goscinny d'avoir réussi à créer un monde de gosses tel que tout le monde en rêve. Il n'y a jamais de drames dans la vie de Nicolas ", déclare Sempé.






  • VOIR AUSSI
    :
  • http://www.petitnicolas.net
  • http://www.goscinny.net/ (site de René Goscinny)
  • http://daniel.gerber1.club.fr/scenaristes_dg/goscinny_bio.htm



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: BEN LIT LE PETIT NICOLAS.   Mar 15 Fév 2011 - 14:39



Editeur : Editions Gallimard
Collection : Ecoutez Lire
Parution : 04/02/2010
Nombre de pages : 1
Dimensions : 13.90 x 12.50 x 0.70

Résumé :

A la maison ou à l'école, le Petit Nicolas et sa bande de copains ont toujours des idées terribles ! le problème, c'est que le papa et la maman du Petit Nicolas, la maîtresse, le précepteur et même Monsieur Mouchabière, le surveillant qui remplace le Bouillon, ne sont pas toujours de cet avis... Sept histoires inédites pour faire rire et sourire les petits et les grands.


A propos de l'auteur :

Benoît Poelvoorde donne le ton : dynamisme, humour, fraîcheur, drôlerie. On ne se lasse pas d'écouter Nicolas et ses copains, littéralement animés par l'immense talent de l'acteur.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BEN LIT LE PETIT NICOLAS.   

Revenir en haut Aller en bas
 
BEN LIT LE PETIT NICOLAS.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Nouvelles] Sempé - Goscinny : Le Petit Nicolas
» Le petit Nicolas
» [Cinéma] Le Petit Nicolas (2009)
» [Sempé - Gosciny], Le Petit Nicolas
» Le Petit Nicolas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: VIDEOS ET BANDES SON BEN-
Sauter vers: