AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 LES PORTES DE LA GLOIRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: LES PORTES DE LA GLOIRE   Jeu 27 Avr 2006 - 15:18



Dernière édition par BENGI* le Jeu 17 Fév 2011 - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   Dim 11 Juin 2006 - 22:15

AH !!!!!!!!!!! LES PORTES DE LA GLOIRE !!!!!!!!

petite histoire personnelle, si vous permettez Wink

c'est à travers ce film que j'ai découvert BEN sunny

J'ai apprécié son jeu d'acteur très particulier
et totalement différent des autres comédiens ....
une manière toute personnelle très attrayante
attirante et touchante qui a su me séduire illicoooooooooooo!!!!!!!!!!!!


merci53 POUR TOUT BEN !!!!! cart 044 !!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   Dim 11 Juin 2006 - 22:54

Casting complet

Réalisateur Christian Merret-Palmair


Acteur(s)


Régis Demanet Benoît Poelvoorde
Balzac Michel Duchaussoy
Patrick Sergent Etienne Chicot
Michel Moineau Yvon Back
Jérôme Le Tallec Julien Boisselier
Paul Beaumont Jean-Luc Bideau


Scénario, production


Scénariste Christian Merret-Palmair
Benoît Poelvoorde
Pascal Lebrun
Productrice Frédérique Dumas
Producteur Nicolas Leclercq
Marc Baschet
Production Noé Productions, France
Entropie Films, France
Artemis Film, Belgique
M6 Films, France
Bac Films, France


Equipe Technique


Compositeur Alexandre Desplat
Directeur de la photographie Pascal Rabaud
Ingénieur du son Dominique Warnier
Costumière Anne Schotte
Maquilleuse Françoise Joset
Directeur artistique Swan Pham
Monteur Philippe Bourgueil
Chef décorateur Jean-Jacques Gernolle
Cadreur Guillaume Georget
Mixage Franco Piscopo

Distribution Mars Distribution, France



Synopsis

Dans le Nord de la France, Régis Demanet est commercial à Pégase, une petite société de vente à domicile. Ce chef tyrannique d'une escouade de VRP farfelus voit débarquer sous ses ordres Jérôme Le Tallec, le futur gendre du patron. Le nouvel arrivant tente de s'intégrer et devient le témoin des méthodes peu orthodoxes de ces mercenaires du porte-à-porte. Avec d'autres commis voyageurs, Balzac, Patrick Sergent et Michel Moineau, Jérôme sillonne les routes de France et investit les quartiers pavillonnaires pour y imposer aux crédules l'achat des cinq volumes de l'encyclopédie fantaisiste de Ralph Spiegel, un pacifiste visionnaire et idéaliste. Régis voit en la venue de Jérôme une occasion pour réaliser ses ambitions personnelles au sein de Pégase. Dans sa quête de pouvoir, il est guidé par son mentor, l'emblématique Colonel Nicholson, l'officier martial du Pont de la Rivière Kwaï.



Secrets de tournage



Les expériences de Christian Merret-Palmair?
Même si Les portes de la gloire est son premier long métrage, Christian Merret-Palmair a déjà une longue expérience du cinéma et de la réalisation audiovisuelle. Il a ainsi effectué de nombreux stages sur les plateaux de tournage (régisseur et assistant réalisateur) avec Abdelkrim Bahloul, Philippe De Broca, Christine Pascal, Yves Boisset, John Berry, René Féret ou John Glen.
Christian Merret-Palmair réalise son premier court métrage en 1990, Rossignol de mes amours, puis, de 92 à 99, signe 400 sketchs pour Karl Zéro, Bons baisers de Suzanne, son 2e court, en 95, et une dizaine de publicités de 96 à 99.
En 1997, il réalise l « Les carnets de Monsieur Manatane » une série de dix films courts avec Benoît Poelvoorde.

Les intentions de Christian Merret-Palmair :
« L'idée était de faire de Jérôme, le nouveau, une jeune homme initié par trois briscards. Ca aurait pu n'être qu'un personnage mais réunir toutes nos idées en un seul caractère n'aurait pas fonctionné. L'idée était de garder une ligne de conduite extrêmement réaliste. Faire un film en cinémascope, en quelque sorte un film « d'aventure » même si ce n'est pas le genre du film, en gommant l'aspect trop reportage du documentaire qui nous inspirait. L'idée était de faire une comédie sur des personnages qui sont quelque part des losers mais qui sont avant tout très humains? une comédie qui comporte une part de tragique, un peu à la manière d'un certain cinéma italien ou anglais. »

Les raisons d'un choix (Benoît Poelvoorde) :
« ? Le sujet. Le monde des vendeurs que je ne connaissais pas. Ce sont des menteurs, c'est génial. Et puis j'aime bien les mecs seuls, le côté solitaire des personnages. Ce qu'on nous reproche, le côté "odeurs de vestiaires", c'est ce que j'aime : c'est un des rares moments où on peut mettre des mecs entre eux, à part l'armée ou au club de foot?Donc j'aimais bien ce côté viril. Et puis c'est une gageure, c'est la première fois qu'on écrivait pour quelqu'un."

Des références communes
Ce sont principalement les films des années 70 qui ont inspiré Benoît Poelvoorde et Christian Merret-Palmair. Ceux « qui avaient une certaine épaisseur sociologique comme Le cinéma de papa (Claude Berri), Les galettes de Pont-Aven et Charlie et ses deux nénette (Joël Séria), L'entourloupe (Gérard Pires).





Critiques presse



Le Figaro Magazine - Valérie Lejeune Barème AlloCiné* :

Il y a rire et rire. Celui qu'instale Christian Merret-Palmair est rare. Il commence par une petite pointe de surprise gaie, une fusée, puis il se déploie en parachute. Jamais gras, mais pourtant nourrissant, ce rire est aussi agréable qu'un édredon de plumes : chaud l'hiver, frais l'été, l'idéal quoi.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Le Figaro Magazine"
La revue de presse AlloCiné de "Le Figaro Magazine"



Le Parisien - Pierre Vavasseur Barème AlloCiné* :

En dépit d'une petite faiblesse de scénario sur la fin, ce film costaud en répliques est nourri de séquences qui resteront dans les mémoires.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Le Parisien"
La revue de presse AlloCiné de "Le Parisien"



Le Journal du Dimanche - Jean-Pierre Lacomme Barème AlloCiné* :

(...) les héros du film traînent avec eux une douce médiocrité, teintée d'humanité. Et puis, il y a Benoît Poelvoorde, superbe dans un personnage de con grandiose. Des Portes très grinçantes.
Lire la critique complète sur le site "Le Journal du Dimanche"
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Le Journal du Dimanche"
La revue de presse AlloCiné de "Le Journal du Dimanche"



Ciné Live - Sandra Benedetti Barème AlloCiné* :

Grincement de dents et rires jaunes au menu de cette comédie déconcertante sur les tribulations de vendeurs à domicile, aux remugles pitoyables mais vrais.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Ciné Live"
La revue de presse AlloCiné de "Ciné Live"



MCinéma.com - Stéphane Dugast Barème AlloCiné* :

(...) un road-movie assurément «hors-normes». Comique et caustique à souhait !
Retrouvez toutes les critiques sur le site "MCinéma.com"
La revue de presse AlloCiné de "MCinéma.com"



Studio Magazine - Christophe d'Yvoire Barème AlloCiné* :

(...) une comédie noire, qui ravira les amateurs de sarcasmes. Christian Merret-Palmair (...) manifeste ici un esprit décapant, flirtant sans scrupule avec le mauvais goût. Même s'il ne réinvente pas le genre, notamment par la faute d'un scénario un peu paresseux, il rend ses personnages à la fois pathétiques et attachants.
La revue de presse AlloCiné de "Studio Magazine"



L'Humanité - Vincent Ostria Barème AlloCiné* :

Désuet. Non dénuée de gags hilarants, cette histoire d'un groupe de représentants en encyclopédie cornaqués par le fanfaron et cabot Benoît Poelvoorde, qui reste subordonnée à une réalisation rigide et trop léchée, manque de souffle et d'ampleur.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "L'Humanité"
La revue de presse AlloCiné de "L'Humanité"



Le Monde - Jacques Mandelbaum Barème AlloCiné* :

(...) la part de tendresse qui anime le metteur en scène pour ses personnages, son sens de la situation et du dialogue, ainsi que son goût pour l'absurde renversent cette funeste tendance et font de ce film, à ses meilleurs moments, un spectacle d'une réjouissante noirceur.

La revue de presse AlloCiné de "Le Monde"



Première - Virginie Apiou Barème AlloCiné* :

(...) plus que la description d'une certaine franchouillardise, ces Portes de la gloire s'ouvrent sur l'itinéraire d'une équipe de vendeurs trop disparate pour être gagnante, au grand désespoir de son leader d'opérette campé par un Poelvoorde raide, droit, mal dans sa peau.
Retrouvez toutes les critiques sur le site "Première"
La revue de presse AlloCiné de "Première"



Repérages - Christophe Chauville Barème AlloCiné* :

C'est évidemment Benoît Poelvoorde qui mène la danse. Souvent drôle, il parviendrait décidément à vendre n'importe quoi, y compris ce film, qui n'est pas aussi drôle que Poelvoorde. Et une heure et demie à suivre des VRP, on ferme la porte au nez?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
so
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   Dim 11 Juin 2006 - 22:59

merci t'es vachement bien documenter 13

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://benoitpoelvoorde.actifforum.com
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   Dim 11 Juin 2006 - 23:37

"Mais comment a pu t-on en arriver là ?", ....?


pégase diffusion dans votre région




"To eat or not to be eat"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   Dim 11 Juin 2006 - 23:38

so a écrit:
merci t'es vachement bien documenter 13

quand on aimeeeeeeeeeee flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   Dim 11 Juin 2006 - 23:42



Tout est parti de la géniale émission documentaire Striptease. Benoît POELVOORDE é-pa-tant en VRP aussi cynique qu’émouvant. Un rire à la fois drôle et pathétique.

Comédie de Christian Merret-Palmair, avec Benoît Poelvoorde, Michel Duchaussoy, Etienne Chicot, Julien Boisselier.

L’histoire: L’ambitieux Régis Demanet dirige une équipe de VRP. Il parcourt les routes du nord de la France pour vendre, de manière peu orthodoxe, le message en cinq volumes d’un gourou idéaliste et visionnaire.

Mes impressions: L’humour n’est pas chose facile. Surtout lorsqu’il trouve sa place sur un écran blanc où tout paraît démesuré, à l’image d’un miroir déformant. En 1992, sortait C’est arrivé près de chez vous. Espèce d’objet filmique non identifié, autrement dit un OFNI, dont l’humour vous éclatait au visage tel une grenade morale dégoupillée. Un humour trash dû à un trio belge: Remy BELVAUX, André BONZEL et surtout Benoît POELVOORDE. Aujourd’hui, ce dernier retrouve ses compères scénaristes (Pascal LEBRUN et Christian MERRET-PALMAIR) des Carnets de M. Manatane, un programme court sur Canal +, pour nous lancer en pleine conscience Les portes de la gloire, un premier long-métrage de Christian MERRET-PALMAIR, qui a la pêche. Comme dans Les galettes de Pont Aven de Joël SERIA avec un magistral Jean-Pierre MARIELLE ou dans L’entourloupe de Gérard PIRÈS au super tandem Jacques DUTRONC-Gérard LANVIN, l’on nous emmène aussi voir du côté de l’univers loufoque des VRP. Tout est parti de la géniale émission documentaire Striptease. Et d’écrire une fiction qui a de drôles et drolatiques airs de réalité confondante. L’on fait la connaissance de Régis Demanet, chef de secteur VRP, dirigeant une équipe de trois hommes. Un jour, il reçoit Jérôme Le Tallec, la trentaine dilettante, débarqué par son beau-père au sein de cette équipe de vendeurs du nord de la France. Il va devenir le témoin de méthodes vicieuses de ces mercenaires du porte-à-porte. Découvrir aussi la solitude engendrée par ce métier âpre où l’on doit vivre en permanence sur les routes, s’arrêtant dans des hôtels déprimants. Julien BOISSELIER fait bien ressentir les sentiments de Jérôme, quelqu’un de très influençable, s’imprégnant de tous les personnages. Ah! Michel DUCHAUSSOY, Étienne CHICOT et Yvon BACK encadrant Benoît POELVOORDE é-pa-tant en VRP aussi cynique qu’émouvant. Admirateur patenté du colonel Nicholson (immortel Alec GUINESS), héros du chef-d’œuvre de David LEAN Le Pont de la rivière Kwaï. Mais lui, c’est un antihéros en mal de reconnaissance (inoubliable scène de motivation au bord d’une piscine, où on le retrouve en chemise et maillot de bain le moulant très avantageusement, n’étant pas pris au sérieux par ses collègues). Il est le pivot majeur de cette comédie de mœurs où la plupart des situations comiques doivent être digérées au second degré. De ce rire à la fois drôle et pathétique qui vous laisse sur la langue un goût d’amertume prononcé. «Riez, mais pleurez, en même temps», écrivait LAUTRÉAMONT dans Les chants de Maldoror. Voilà vraiment ce que j’ai vivement ressenti en face de ce film en demi-teinte où le déroulement de l’histoire en forme de road-movie faiblit un peu vers le milieu pour mieux se ressaisir après et nous emmener vers les tréfonds de l’âme incandescente de ces hommes qui provoquent l’hilarité autant qu’un certain malaise. Vous savez, comme lorsque l’on a plaisir à se baigner et soudain l’on boit la tasse. Un moment cela va puis l’on éprouve une sensation de noyade psychique. Drapé dans un Scope élégant donnant de l’oxygène à l’ensemble, ce genre de film nous en dit bien plus sur les failles de l’être humain que n’importe quelle thèse sociale prise de tête. Sorte de radiographie psychologique de notre société contrant ses démons intérieurs. Bien visé! Droit au cœur!

L’auteur: Christian MERRET-PALMAIR. Plusieurs longs-métrages en super 8. A travaillé avec Philippe de BROCA, la regrettée Christine PASCAL, Yves BOISSET, John BERRY. Assistant de Karl ZÉRO. Scénariste, réalisateur.

Frank-Lionel Lier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 68
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   Mer 21 Fév 2007 - 23:34



Pégase, petite société provinciale de vente à domicile, exploite le message en cinq volumes d'un prophète idéaliste, Ralph Spiegel.
Le 'futur gendre du patron', Jérôme Le Tallec, la trentaine dilettante, est débarqué par son beau-père au sein d'une équipe de vendeurs du Nord de la France. Il tente de s'intégrer et devient le témoin, adepte malgré lui, des méthodes peu orthodoxes de ces mercenaires du porte-à-porte.
Régis Demanet, chef de secteur, opiniâtre et méritant, voit en la venue de Jérôme une opportunité de réaliser ses ambitions souterraines au sein de Pégase... Dans sa quête du pouvoir, il est guidé par son mentor, héros virtuel en Technicolor, l'emblématique Colonel Nicholson, l'officier martial et entêté du 'Pont de la rivière Kwaï'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES PORTES DE LA GLOIRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES PORTES DE LA GLOIRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Snyder, Maria V.] Les Portes du Secret - Tome 1: Le poison écarlate
» Tableau de campagne Ailes de la Gloire
» DRAGONS PORTES
» LES PORTES DU SECRET (Tome 1) LE POISON ECARLATE de Maria V. Snyder
» Monument à la gloire du Capitaine Dutertre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: FILMOGRAPHIE-
Sauter vers: