AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 LES CONVOYEURS ATTENDENT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Jeu 27 Avr 2006 - 13:56



En Belgique, les ‘convoyeurs’ sont chargés du transport des pigeons lors des rassemblements de colombophiles. Arrivés sur les lieux du lâcher, ils se renseignent sur la météo prévue sur le parcours des pigeons : si elle est bonne, ils lâchent les oiseaux ; si elle est mauvaise, ils retardent leur envol. Pour prévenir les propriétaires, les radios livrent l’information, tous les samedis matins, jour de compétition. Si "les convoyeurs attendent", c’est que le moment n’est pas propice à l’aventure.

La métaphore, mise en image dans le film au travers de séquences hallucinantes, où des milliers de pigeons obscurcissent dans un fracas d’ailes un ciel qui n’en a pas besoin, donne le ton de l’ensemble. Quand on est pauvre et paumé au fond d’une friche industrielle, l’an 2000 prend des allures d’examinateur sadique. De son petit pavillon de la banlieue de Charleroi, Roger, journaliste de la presse locale, éprouve le besoin de se bouger le cul pour conserver sa dignité et, accessoirement, gagner une voiture. Pour entrer avec les honneurs dans le siècle nouveau, il entreprend de faire de son fils, un grand dadet sensible, un champion du monde de l’ouverture de porte. Il semble à Roger que cet exploit est à la portée de sa famille, qui entrera ainsi dans le Livre des Records. Le voisin, Michel, est là pour aider son ami Roger, à l’aide de méthodes révolutionnaires, à la hauteur de l’enjeu : ouvrir une porte 40 000 fois en 24 heures.

Filmés en noir et blanc dans des paysages lunaires saisissants de proximité, Les convoyeurs attendent est un chef d’œuvre humaniste, traitant pêle-mêle des équilibres familiaux, de l’espoir, de la folie, de la dignité humaine, des amis, des voisins, des petites manies qui font oublier les vies ratées et des grandes passions qui rachètent les échecs comme les traumatismes.

"Les personnages habitent dans la banlieue de Charleroi. Disons pour simplifier que Namur est une petit ville bourgeoise entre deux pôles industriels : Liège du côté de l'Allemagne, Charleroi du côté de la France. Mais Charleroi est en déclin, vit sur son passé minier et sidérurgique. Pour mon journal, j'ai eu l'occasion de sillonner la Wallonie, et je connais ce coin. Je tenais à ces paysages fortement typés, où, sur une toile de fond industrielle, la nature commence à reprendre ses droits : c'est l'image du terril recouvert d'herbe où Roger va chercher Luise. On est dans le réalisme, mais le décor porte déjà une charge poétique assez forte."

Benoît Mariage

Benoît Poelvoorde est exceptionnel en beauf excessif, fantasque, toujours en tension, à la fois drôle et repoussant de réalisme. Louise, la fille de Roger, est saisissante de beauté, de sensibilité et d’intelligence, figure du bien dans un monde glauque. Morgane Simon, à peine âgée d’une dizaine d’années, s’affirme comme une graine de talent prometteuse dans ce rôle difficile.

Les convoyeurs attendent est le premier long métrage de Benoît Mariage. Réalisateur, reporter photographe à "Vers l'Avenir", il a réalisé de 1988 à 1989 plusieurs séquences pour "Strip-Tease". Les fans du magazine ne s’étonneront pas de se sentir en terrain familier.



Dernière édition par le Mar 13 Fév 2007 - 11:12, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Jeu 27 Avr 2006 - 13:58

Secrets de tournage

Les convoyeurs... à Cannes

Le film de Benoît Mariage a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, à l'occasion du 52ème Festival de Cannes (1999).

Benoît Mariage à propos des lieux de tournage :
"Les personnages habitent dans la banlieue de Charleroi. Disons pour simplifier que Namur est une petit ville bourgeoise entre deux pôles industriels : Liège du côté de l'Allemagne, Charleroi du côté de la France. Mais Charleroi est en déclin, vit sur son passé minier et sidérurgique. Pour mon journal, j'ai eu l'occasion de sillonner la Wallonie, et je connais ce coin. Je tenais à ces paysages fortement typés, où, sur une toile de fond industrielle, la nature commence à reprendre ses droits : c'est l'image du terril recouvert d'herbe où Roger va chercher Luise. On est dans le réalisme, mais le décor porte déjà une charge poétique assez forte." (extrait du dossier de presse).

Benoît Mariage, à propos du film :
"(...) j'avais (...) envie de parler de psychologie, de rapports humains, de raconter l'histoire d'un père de famille à l'aube de l'an 2000, vivant avec les pressions économiques, sociales, qu'on connaît tous. Sous la forme d'une espèce de fable sur la modernité, confrontée à des valeurs fondamentales telles que la famille ou la paternité."

L'origine du titre
Il désigne en fait une expression colombophile, courante en Belgique. Les convoyeurs sont chargés du transport des pigeons. Arrivés sur les lieux de lâcher, ils se renseignent sur la météo prévue sur le parcours des pigeons : si elle est bonne, ils lâchent les oiseaux; si elle est mauvaise, ils retardent leur envol. Pour prévenir les propriétaires, on entend alors à la radio, tous les samedis matins : "Les convoyeurs attendent".

Benoît Mariage, réalisateur
Reporter photographe à "Vers l'Avenir", il réalise de 1988 à 1989 plusieurs séquences pour le magazine de reportage de la RTBF "Strip-Tease".
En 1997, il écrit et réalise Le Signaleur son premier court métrage, qui remporte le Grand Prix de la Semaine de la Critique à Cannes, ainsi que de nombreuses récompenses dans des festivals internationaux.
Les convoyeurs attendent est son premier long métrage.


Dernière édition par le Mar 13 Fév 2007 - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Jeu 27 Avr 2006 - 14:09

--------------------------------------------------------------------------------

Réalisateur Benoît Mariage


Acteur(s)
--------------------------------------------------------------------------------

Roger (Le père) Benoît Poelvoorde
Madeleine (la mère) Dominique Bayens
l'entraîneur Bouli Lanners
Louise Morgane Simon
Michel Jean-Francois Devigne
Jocelyne Lisa Lacroix
Félix Philippe Grand'Henry
le responsable Philippe Nahon


Scénario, production
--------------------------------------------------------------------------------

Scénariste Benoît Mariage
Emmanuelle Bada
Jean-Luc Seigle
Producteur Dominique Janne


Equipe Technique
--------------------------------------------------------------------------------

Compositeur Yves Sanna
Directeur de la photographie Philippe Guilbert
Monteur Philippe Bourgueil
Producteur associé Jean-Louis Porchet
Arlette Zylberberg

Distribution
--------------------------------------------------------------------------------

Distribution Mars Distribution, France



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Jeu 27 Avr 2006 - 14:16

Revêtant le costume de son idole Elvis,
Michel fait une émission sur une radio locale. L'animatrice lui souhaite la bienvenue.
Michel Merci Simone. Et maintenant, pour commencer notre soirée, la rubrique "Les Mensonges du Cinéma".
Il fait un signe à l'opérateur, qui lance le jingle.
L'animatrice Alors, Michel. Beaucoup d'erreurs, dans les films, cette semaine ?
Michel Bah, j'en ai trouvé une. Dans le film «LES VOLEURS», Alex, le personnage principal, achète des sandwiches, et quand il se dirige vers la caissière, il demande le prix. Elle lui répond : "quarante-deux francs", et il tend un billet de cinquante francs français. Elle lui rend qu'une pièce, c'est ça le problème. Parce qu'on sait bien que, les pièces de huit francs français, ça n'existe pas. C'est ça l'erreur.
L'animatrice Eh bien, merci Michel.

La scène suivante, on le retrouve chez lui avec sa petite sœur. Manifestement à l'aide d'un magnétoscope, ils regardent un film où trois personnages prennent le petit déjeuner.
Michel Tu regardes bien, hein, c'est maintenant. Là, tu fais attention. Regarde bien celui du milieu. Tu regardes juste ses mouvements.
Luise Il met de la confiture ?
Michel Et ça te dit rien, toujours pas ? Attends, ça va arriver. Là !
Luise Il y a plus de confiture sur sa tartine ?
Michel Voilà ! Ça fait encore une erreur pour mon émission.
Roger surgit alors, et oblige son fils à le suivre dans le jardin, au milieu duquel il a installé une porte pour l'entraînement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Jeu 27 Avr 2006 - 14:33

Photos tournage...film......réalisateur ...acteurs.....





Philippe Grand’Henry (Félix)

Bouli Lanners


Claude Caudron
L’instituteur

Dominique Baeyens
Madeleine, la mère

Mike Steven
«Elvis»

Jean-François Devigne Michel

Morgane Simon Luise



Dernière édition par le Jeu 27 Avr 2006 - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Jeu 27 Avr 2006 - 14:36

BENOIT MARIAGE Smile
réalisateur

Dates : 1961

Origine : belge

Diplômé de l’INSAS.
1987 : reporter photographe à Vers l’Avenir.
1988 : réalise plusieurs séquences pour le magazine de reportage de la RTBF Strip-tease.
1989 : crée sa propre maison de production TRAM 33. Réalise dans ce cadre de nombreux documentaires diffusés en Europe et dont certains sont primés internationalement.
1994 : reçoit l’aide à l’écriture de la Communauté Française pour Les convoyeurs attendent.
1995 : entame Nemadi, un projet de film ethnographique sur une peuplade nomade en Mauritanie. Le film s’étalera sur 20 ans.
1996 : tourne avec des enfants un film de sensibilisation à la protection de l’environnement. Tourne au Burkina Faso un sujet pour Strip-tease.
1997 : écrit et réalise son premier court-métrage de fiction, Le signal.
1999 : tourne son premier long métrage Les Convoyeurs attendent.
2002 : L'autre.


et..........cow-boy Wink


Dernière édition par le Mar 6 Mar 2007 - 2:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
so
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Mar 4 Juil 2006 - 10:54

tiens j'avais pas vu Shocked merci

Les Convoyeurs attendent - Benoît Mariage
Belgique, 1999, 1h34mn


Les convoyeurs attendent est le premier long métrage de Benoît Mariage. Réalisateur, reporter photographe à Vers l’Avenir, il a réalisé de 1988 à 1989 plusieurs séquences pour Strip-Tease. Les fans du magazine ne s’étonneront pas de se sentir en terrain familier.

En Belgique, les ’convoyeurs’ sont chargés du transport des pigeons lors des rassemblements de colombophiles. Arrivés sur les lieux du lâcher, ils se renseignent sur la météo prévue sur le parcours des pigeons : si elle est bonne, ils lâchent les oiseaux ; si elle est mauvaise, ils retardent leur envol. Pour prévenir les propriétaires, les radios livrent l’information, tous les samedis matins, jour de compétition. Si "les convoyeurs attendent", c’est que le moment n’est pas propice à l’aventure.

La métaphore, mise en image dans le film au travers de séquences hallucinantes, où des milliers de pigeons obscurcissent dans un fracas d’ailes un ciel qui n’en a pas besoin, donne le ton de l’ensemble. Quand on est pauvre et paumé au fond d’une friche industrielle, l’an 2000 prend des allures d’examinateur sadique. De son petit pavillon de la banlieue de Charleroi, Roger, journaliste de la presse locale, éprouve le besoin de se bouger le cul pour conserver sa dignité et, accessoirement, gagner une voiture. Pour entrer avec les honneurs dans le siècle nouveau, il entreprend de faire de son fils, un grand dadet sensible, un champion du monde de l’ouverture de porte. Il semble à Roger que cet exploit est à la portée de sa famille, qui entrera ainsi dans le Livre des Records. Le voisin, Michel, est là pour aider son ami Roger, à l’aide de méthodes révolutionnaires, à la hauteur de l’enjeu : ouvrir une porte 40 000 fois en 24 heures.

Filmés en noir et blanc dans des paysages lunaires saisissants de proximité, Les convoyeurs attendent est un chef d’œuvre humaniste, traitant pêle-mêle des équilibres familiaux, de l’espoir, de la folie, de la dignité humaine, des amis, des voisins, des petites manies qui font oublier les vies ratées et des grandes passions qui rachètent les échecs comme les traumatismes.

"Les personnages habitent dans la banlieue de Charleroi. Disons pour simplifier que Namur est une petit ville bourgeoise entre deux pôles industriels : Liège du côté de l’Allemagne, Charleroi du côté de la France. Mais Charleroi est en déclin, vit sur son passé minier et sidérurgique. Pour mon journal, j’ai eu l’occasion de sillonner la Wallonie, et je connais ce coin. Je tenais à ces paysages fortement typés, où, sur une toile de fond industrielle, la nature commence à reprendre ses droits : c’est l’image du terril recouvert d’herbe où Roger va chercher Luise. On est dans le réalisme, mais le décor porte déjà une charge poétique assez forte." [Benoît Mariage]

Benoît Poelvoorde est exceptionnel en beauf excessif, fantasque, toujours en tension, à la fois drôle et repoussant de réalisme. Louise, la fille de Roger, est saisissante de beauté, de sensibilité et d’intelligence, figure du bien dans un monde glauque. Morgane Simon, à peine âgée d’une dizaine d’années, s’affirme comme une graine de talent prometteuse dans ce rôle difficile.

Les Convoyeurs attendent
de Benoît Mariage
Avec Benoit Poelvoorde, Dominique Bayens, Jean-Francois Devigne, Morgane Simon, Bouli Lanners
Film belge, Comédie dramatique (1999). Durée : 01h 34mn.
Date de sortie : 15 Septembre 1999

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://benoitpoelvoorde.actifforum.com
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Mer 5 Juil 2006 - 12:37

merci53 flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
so
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   Mer 5 Juil 2006 - 22:17

avec plaisir

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://benoitpoelvoorde.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES CONVOYEURS ATTENDENT   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES CONVOYEURS ATTENDENT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Thompson, Carlène] Les ombres qui attendent
» [Diome, Fatou] Celles qui attendent
» Femmes qui attendent l'homme parfait
» Matsuyama Kenichi et Koyuki attendent leurs 1er enfant.
» mes premiers tableaux attendent vos comms

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: FILMOGRAPHIE-
Sauter vers: