AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS   Jeu 27 Avr 2006 - 13:25







« Pigeon!
Oiseau à la grise robe,
Dans l'enfer des villes,
A mon regard tu te dérobes,
Tu es vraiment le plus agile.»
En plus d'être un poète d'exception, Ben est accessoirement tueur à gages. Suivi par une équipe de documentaristes, il nous explique entre deux envolées lyriques le B.A-BA d'un métier fort décrié mais qui demande pourtant une grande dose de professionalisme

VOICI UN LIEN ...... bounce

http://membres.multimania.fr/poelvoorde/


C'est arrivé près de chez vous est un film belge en noir et blanc de Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde, sorti en 1992.





Synopsis
C'est arrivé près de chez vous met en scène une petite équipe de journalistes qui font un reportage sur Ben, un homme qui a la particularité de tuer pour gagner sa vie. Il s'attaque principalement aux personnes de classe moyenne et aux personnes âgées, histoire, dit-il, de "travailler petit mais que ça rapporte beaucoup". Ce film se veut une parodie cynique de la célèbre émission Strip tease.

Résumé et présentation du personnage principal
Le film-reportage est dirigé par Rémy (interprété par Rémy Belvaux) qui interroge Ben (Benoît Poelvoorde) sur sa vie professionnelle. Mais bien souvent, Rémy se contente d'écouter les monologues de celui-ci. Au fil de l'histoire, Rémy devient son ami et ensuite son complice.

L'équipe est aussi composée d'un caméraman et d'un preneur de son qui sont assassinés pendant le reportage lors de fusillades entre Ben et des ennemis du milieu.

Ben tue, c'est son métier. Il n'y prend aucun plaisir mais n'éprouve aucun remords. Il est totalement indifférent au fait d'assassiner quelqu'un. Par exemple, il se plaint des fraudes des chefs de chantiers (C'est comme ce ciment, tu peux être sûr que c'est du ciment hongrois, la loi de l'éternel provisoire, et tu peux être certain qu'ils mettent beaucoup plus de sable que de ciment, c'est des économies de bouts de chandelles mais après les murs se lézardent !) juste après avoir assassiné un veilleur de nuit, ou encore il parle de cinéma (Ca ne vous rappelle rien ? Philippe Noiret, dans Le Vieux Fusil ! Il a beaucoup grossi, Philippe Noiret...) après avoir assassiné un homme et sa femme.

Ben est aussi poète. Il improvise par exemple un poème sur les pigeons (Pigeon, oiseau à la grise robe; Dans l'enfer des villes; A mon regard tu te dérobes; Tu es vraiment le plus agile) en pleine fusillade ou un autre sur la mer du nord au restaurant.

Il semble cultivé, principalement concernant l'art et le cinéma et a son mot à dire sur tout (Qu'est-ce qui te choques quand tu regardes ces habitations sociales ? La première chose qui te saute aux yeux ? C'est les briques ! C'est les briques rouges! Mais le rouge, c'est la couleur du sang, c'est la couleur des Indiens, c'est la couleur de la violence !).

Ben apparaît aussi légèrement raciste et homophobe, mais n'a pas vraiment l'air de s'en rendre compte (...typiquement dans l'esprit des jardins japonais, parce que ces gens-là, malgré tous leurs défauts, avaient compris beaucoup de choses ! - Les Noirs s'entendent très bien avec les animaux, c'est connu... Ils ont une manière de leur parler. - [Il est] compétent, mais dissipé, comme tous les Méditerranéens. - Tu ne trouves pas qu'il y a beaucoup d'homosexuels dans votre milieu ? Dans le milieu du spectacle... Il y en a beaucoup plus que dans les milieux normaux je trouve... Je vous regardais la fois passée tous les trois... Vous n'êtes pas homosexuels ? Tu es sûr, Rémy ? Mais tu peux l'être tu sais, ça ne me dérange pas...)

Fiche technique
Titre : C'est arrivé près de chez vous
Réalisation : Rémy Belvaux, André Bonzel
Musique : Jean-Marc Chenut
Production : Rémy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde (Les Artistes Anonymes)
Photo : André Bonzel
Durée : 95 minutes
Format : noir et blanc
Lieux de tournage : Bruxelles, Namur, Louvain-la-Neuve, la mer du Nord (Belgique)
Date de sortie : mai 1992 (festival de Cannes), 12 septembre 1992 (festival de Toronto), 4 novembre 1992 (exploitation France)

Distribution
Benoît Poelvoorde : Ben
Jacqueline Poelvoorde-Pappaert : la mère de Ben
Nelly Pappaert : la grand-mère de Ben
Hector Pappaert : le grand-père de Ben
Jenny Drye : Jenny
Malou Madou : Malou
Willy Vandenbroeck : Boby
Rachel Deman : Mamie Tromblon
André Laime : vieil homme allité
Edith Lemerdy : infirmière
Sylviane Godé : femme violée (Martine)
Zoltan Tobolik : mari de la femme violée
Valérie Parent : Valérie
Alexandra Fandango : Kalifa
Olivier Cotica : Bénichou
Rémy Belvaux : Remy (journaliste)
André Bonzel : André (caméraman)
Jean-Marc Chenut : Patrick (preneur de son n° 1)
Alain Oppezzi : Franco (preneur de son n° 2)
Vincent Tavier : Vincent (preneur de son n° 3)

Autour du film
Ce film est le premier de Benoît Poelvoorde, qui ne se destinait pas à une carrière d'acteur.
La première version était à l'origine le film de fin d'études de Rémy Belvaux à l'INSAS, école belge de cinéma. Des séquences supplémentaires furent tournées par la suite pour allonger sa durée et rendre possible une sortie en salle.
Par manque de moyens, le film a été tourné en noir et blanc et beaucoup d'acteurs ont joué gratuitement (la mère et les grands-parents de Benoît dans leurs propres rôles).
Les membres de la famille de Benoît savaient très peu de choses sur le contenu du film lorsque leurs scènes furent tournées.





Presse
Enfin un film qui pèse, hachant la vertu en morceaux, fouaillant délicieusement nos nerfs et notre cerveau. Un pur délice antimédias, zigzaguant aux frontières de la morale, sombre à faire peur, cruel, dégueulasse, à mourir de rire. Un conte de fées pour époque incrédule. Mais sans fées. L'ogre est roi. (Actuel, octobre 1992)
C'est une violence virtuelle pour de vraies confessions de barjo qui, s'émoussant un peu sur la distance, trouvent leur jovial salut dans une absence totale de prétention. Ce film ne pisse pas très haut mais toujours au bon endroit, là, dans nos bénitiers. (Libération, 11 août 1992)

Distinctions
Sélection officelle en compétion au festival de Cannes 1992
le prix SACD semaine de la critique
le prix international de la critique
le prix spécial de la jeunesse


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS   Jeu 27 Avr 2006 - 13:39






C'est arrivé près de chez vous a été réalisé en noir et blanc avec des moyens de fortune par Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoît Poelvoorde, qui sortaient alors d'une école de cinéma. C'est leur premier long métrage. Ce film a surtout lancé la carrière d'acteur de Benoît Poelvoorde qui, après des passages à la télévision (notamment Les carnets de monsieur Manatane sur Canal + au cours des années 90), semble s'orienter de plus en plus vers une carrière d'acteur de cinéma (Les randonneurs (1997) de Philippe Harel, Les portes de la gloire (2000) de Christian Merret Palmair...).

C'est arrivé près de chez vous se présente sous la forme d'un faux documentaire, traçant le portrait de Ben, un tueur belge sans scrupule, amoral aussi bien qu'immoral, mais néanmoins vantard, sentencieux et donneur de leçons. Farci de préjugés racistes et homophobes, flatté par la présence de la caméra, il étale complaisamment des banalités philosophiques et des poèmes pédants. Relevé d'une très forte dose d'humour noir, ce personnage invraisemblable semble sortir tout droit d'une bande dessinée particulièrement noire. Cette ascendance est encore mise en valeur par un noir et blanc granuleux employé de manière très graphique et par une réalisation élaborée (avec du montage dans certaines séquences d'action, des inserts "poétiques"...), qui empêchent ce film de ressembler à un "vrai" documentaire (contrairement, par exemple, à Le projet Blair Witch (1999) de Daniel Myrick et Eduardo Sanchez, ou aucun indice dans la réalisation ne vient nous indiquer qu'il s'agit d'un faux document). C'est arrivé près de chez vous refuse donc de jouer sur un quelconque réalisme, que ce soit à travers sa réalisation, l'invraisemblance de son personnage principal ou, surtout, l'interprétation de Benoît Poelvoorde. Car ce film est avant tout un one-man show hallucinant proposé par cet acteur, qui s'avère un des plus excellents comédiens comiques francophones de sa génération. C'est en grande partie de son talent à rendre la prétention et la sottise de Ben que provient l'humour noir caractéristique et souvent hilarant de ce film.

Au-delà du portrait de Ben, C'est arrivé près de chez vous est aussi une satire noire et grinçante du documentaire. En parodiant allègrement le style "objectif" de l'émission belge de reportage Strip-tease (diffusé en France dans les années 90 sur France 3), le film souligne l'opportunisme et le goût du sensationnalisme de cette équipe de tournage. Flattant, l'exhibitionisme de Ben , ils l'encouragent à accomplir de nombreux meurtres inutiles (l'assassinat de la famille dans un quartier résidentiel). Au début, ils semblent se méfier de Ben, et refusent d'aller au restaurant avec lui. Puis, ils se laissent corrompre (ils acceptent de l'argent du tueur pour terminer le tournage) et deviennent complices de ses meurtres (le zoom de la caméra va servir à repérer un tireur embusqué, ils aident Ben lors du meurtre de l'enfant...), jusqu'à ce que le tueur les considère comme des associés dans ses méfaits (il leur reproche de ne pas l'avoir aidé lors de l'agression ratée du facteur). Le réalisateur se comporte donc de manière irresponsable (il n'aidera jamais une victime de Ben...) et hautement hypocrite lorsqu'il évoque les risques des métiers du journalisme dans ses apartés pleurnichardes commémorant les décès des preneur du son.

Au-delà de l'humour noire et de la dénonciation des contradiction de l'exercice documentaire, C'est arrivé près de chez vous frappe aussi par sa violence graphique parfois assez insoutenable : le meurtre de l'enfant ou le viol ne déparerait pas dans une oeuvre aussi crue que La dernière maison sur la gauche (1972) de Wes Craven ! Cette brutalité sert surtout à noircir le ton du film et à souligner la complicité des reporters dans les crimes de Ben. Pourtant, cette violence, par son côté outré, semble toujours esquiver le réalisme : on est plus proche du mauvais esprit grinçant de dessinateurs de BD comme Reiser ou Vuillemin, que d'un rendu vraiment crédible de la violence. C'est arrivé près de chez vous souffle, de manière assez ambiguë, le chaud et le froid : ainsi, à une scène particulièrement dure (le viol et le meurtre du couple) succède une des séquences les plus hilarantes du métrage (le vieillard incontinent à l'hôpital...) . Cela souligne encore l'aspect acide du film, le refus de tomber trop définitivement dans une attitude "sérieuse", qui pourrait finir par apporter une tonalité "donneur de leçon" malvenue ici (Assassin (s) (1997) de Mathieu Kassovitz, en proposant un sujet assez semblable, mais pris au sérieux de A à Z, n'a, hélas, pas su éviter cet écueil). Toutefois, la fin de C'est arrivé près de chez vous est définitivement morale, puisque Ben et ses complices seront punis pour leurs méfaits.

Bien que très légèrement inégal, C'est arrivé près de chez vous est donc une très grande réussite de la comédie noire, quelque part entre Georges Lautner (Les tontons flingueurs (1963)...)...) et Bertrand Blier (Buffet froid (1979)...), rehaussé d'une cruauté jusqu'auboutiste digne de Vuillemin. Malgré un succès public modéré à sa sortie au cinéma en France, le film sera remarqué par la critique et deviendra, au gré de sa distribution en vidéo et de ses diffusions à la télévision, un classique de la comédie des années 90. Il annonce notamment tout un renouveau du film noir à la française (genre qu'on pensait pourtant mort et enterré depuis le milieu des années 80, Le solitaire (1987) de Jacques Deray avec Jean-Paul Belmondo ou Ne réveillez pas un flic qui dort (1988) avec Alain Delon étant parmi les derniers policiers tournés en France à ce moment), avec des films comme Seul contre tous (1998) de Gaspar Noé ou Bernie (1996) d'Albert Dupontel, par exemple, où se mêlent les influences de Lautner, de Blier, de l'écrivain Céline, ainsi que celles de Martin Scorsese (Taxi driver (1976)...) et d'Alain Corneau (Série noire (1979)...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
so
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Féminin Nombre de messages : 603
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS   Jeu 27 Avr 2006 - 13:57

whaou quel travail tu en as des trésors :panneau1: :merci:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://benoitpoelvoorde.actifforum.com
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS   Lun 12 Fév 2007 - 15:51




C'est arrivé près de chez vous

aka Man Bites Dog (1992)


Arrow Arrow http://www.phantasmagoria.nl/html/man_bites_dog.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bon plan pres de chez vous
» C'est arrivé près de chez vous (1992,Rémy Belvaux, Benoît Poelvoorde...)
» Dans une galaxie près de chez vous
» Dans une galaxie près de chez vous 2 (2008)
» C'est arrivé près de chez vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: FILMOGRAPHIE-
Sauter vers: