AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  votesvotes  

Partagez | 
 

 JEFF BODART ET BEN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: JEFF BODART ET BEN.   Mer 21 Fév 2007 - 13:43


Jeff Bodart, de son vrai nom Jean-François Bodart, est né à Charleroi le 30 septembre 1962. Il est d'abord le chanteur du groupe "Les Gangsters d'Amour", un groupe de rock en français constitué en 1982.

Le groupe sort quatre 45 Tours et ensuite en 1986 un album intitulé "Les Gangsters d'Amour ne mentent jamais". Un second album "Spirito" sort en 1989.

Jeff Bodart entame ensuite une carrière en solo. En 1993, il sort son disque compact "Du vélo sans les mains" puis en 1997 "Histoires universelles".


En 1998, son deuxième album solo, "Histoires universelles", propulse Jeff Bodart vers des morceaux pop, résolument swing, mélangent tendresse et émotion, arrangements stylés et mélodies percutantes. Cinq titres sont signés Kent dont "Il faut de tout pour faire un homme". L'acteur Benoît Poelvoorde rajoute une touche d'écriture là et un petit son de voix ici. Les deux mille premiers albums renferment un "Guide du Bodart" comme d'autres ont un guide du savoir-vivre. Casquette vissée sur la tête, flanqué de ses deux fidèles acolytes instrumentistes Olivier Bodson (percussions, trompettes, guitares) et Pierre Gillet, dit Julio (claviers, guitares, percussions), Jeff sillonne à nouveau les routes de la francophonie. Cette même année, en juillet, c'est aussi sa "Fête" aux Francofolies de Spa (à l'est de la Belgique). M (Mathieu Chedid), Marka, Philippe Lafontaine sont là. Le public est subjugué au point d'accepter de s'asseoir sur les pavés quand le charmeur entame un duo pour le moins romantique avec la belle Axelle Red.

_________________


Dernière édition par BENGI* le Mer 21 Mai 2008 - 18:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: JEFF BODART ET BEN.   Mer 21 Fév 2007 - 13:47

La Libre Essentielle, novembre 2005
Frères d'émotions


Jeff Bodart et Benoît Poelvoorde partagent une longue amitié.
Si celle-ci doit beaucoup à un goût commun pour la fête,
elle doit aussi à une sensibilité à fleur de peau
que partagent ces deux artistes. Portrait croisé.


Depuis quand vous connaissez-vous ?
JEFF> Un paquet d'années. Je préfère rester vague, mais la relation est ancienne.
BEN > Nous parlons hélas, en décennies.
Avez-vous travaillé ensemble ?
JEFF > Pas vraiment. Il nous est arrivé d'écrire des textes et de chanter ensemble, notamment sur mon second album. Benoît m'a rejoint sur scène à plusieurs reprises, mais c'était plutôt dans l'idée de faire la fête ensemble.
Comment définiriez-vous l'amitié ?
JEFF > C'est une relation franche, sincère et intime, mais elle laisse des parts d'ombre. La question n'est pas de tout se dire ni de tout partager : la confiance en l'autre donne cette curiosité. L'amitié permet de se concentrer sur certaines choses importantes, en ne mélangeant pas tout.
BEN >En amour, tu donnes, mais tu attends quelque chose. En amitié, tu donnes mais tu n'attends pas spécialement. Tu reçois, bien entendu, sinon la relation ne tient pas, mais c'est d'un autre niveau : il y a une part de gratuité dans la force de l'amitié. Je suis également d'accord avec Jeff sur l'idée que l'on ne partage pas tout. La part d'ombre nourrit quelque part cette amitié.
On vous dit tous les deux timides?
JEFF > La timidité est quelque chose dont je parle difficilement, et je ne le ferai pas si Ben ne me l'avait demandé. Je reconnais être timide. Ça a quelque chose à voir avec l'exposition que nous connaissons tous les deux. Au lieu de me cacher, j'en remets dès que je me retrouve autour d'une table avec trois inconnus. C'est comme si je devais me jeter à l'eau. Ce n'est ni un jeu, ni de la fausse pudeur. Cette exubérance est de l'ordre de la protection. En rajouter me permet de dominer cette difficulté. C'est plus facile d'hurler devant 1000 personnes que de parler simplement à cinq personnes inconnues. Cela dit, il ne faut pas confondre cette attitude avec le fait d'être en représentation ou de jouer un personnage.
BEN > Ce côté représentation est quelque chose que j'entends à mon sujet. Je pense que cela est lié au caractère public de mon quotidien. Je pense également que les gens attendent cette représentation. Quand j'ai devant moi un photographe, il n'a guère de temps et veut voir Poelvoorde, le personnage. Dans ce cas, je le lui offre. J'ai envie de faire plaisir. Si je suis invité quelque part et qu'il y a déjà cinq ou six personnes autour de la table, mon exubérance ne sera pas motivée par la timidité - car je ne pense pas être timide -, mais bien parce que j'ai l'impression que si Poelvoorde ne joue pas un personnage, la fête sera triste. C'est comme si je me sentais responsable. JEFF > Le danger est d'en faire un peu trop et de passer pour une grande gueule alors que ce n'est pas cela du tout.
Cela traduit-il un manque de confiance en soi ?
JEFF > Je ne pense pas, même si c'est une question délicate. La vie d'artiste, écrire ne peut pas se vivre sans un minimum de confiance en soi.
BEN > Je pense également avoir confiance en moi.
Et la pudeur ? Est-elle liée à la timidité ?
JEFF > La timidité est un comportement qui résulte de petites ou de grandes pudeurs. C'est de l'ordre de la délicatesse et de la retenue. Les choses sont liées.
BEN > La timidité est liée a l'ordre social tandis que la pudeur est un rapport à soi. La timidité se vit en fonction de l'autre, c'est une attitude liée à l'éducation et aux habitudes. C'est peut-être une peur de l'autre alors que la pudeur serait peut-être une peur de soi. J'ai dit que je ne pensais pas être timide, alors que, pudique, je le suis.
Qu'est-ce qui nourrit une amitié sur le long terme ?
JEFF > C'est comprendre qu'elle ne se résume pas aux moments où l'on fait les guignols. L'amitié, ce sont aussi de beaux moments d'intimité, voire d'ennui, où l'on construit des liens puissants. Il y a aussi ce que l'on partage. On a tous les deux la quarantaine, un âge où l'on se posé pas mal de questions. Être capable d'aimer. Regarder dans le rétroviseur. Rêver de nouveaux projets. Parler d'enfants. Ni l'un, ni l'autre, n'avons d'enfants, autre réalité que nous partageons.
Est-ce un manque ?
JEFF > Les enfants sont importants, mais je ne vis pas leur absence dans ma vie comme un manque.
BEN > Je ne me souviens pas avoir parlé d'enfants, mais nos compagnes en parlent. Je ne peux pas parler de manque car je n'en ai jamais eu. Quelqu'un qui a perdu un enfant peut parler de manque, pas moi.
Et pour vous, Benoît, qu'est-ce qu'un signe d'amitié ?
BEN > Comme Jeff le dit, c'est aussi s'apprécier dans le calme. Ce peut être une réponse que vous ne pouvez trouver seul. Un jour, j'ai longtemps hésité à faire un film. Mes proches me disaient : « ne prends pas, tu vas te casser la figure ! » Je ne savais comment faire car je voulais aider le réalisateur. J'ai appelé Jeff. Il m'a dit : « fais-le, fais-le pour toi et pour l'autre. Quand tu fais plaisir à quelqu'un, tu ne peux pas être déçu. » Le film n'a pas été un grand succès, mais je n'ai pas été déçu. Cette manière de me pousser à faire confiance était un beau signe d'amitié.

PROPOS RECUEILLIS PAR RENÉ SÉPUL

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BENGI*
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1637
Age : 69
Localisation : BANLIEUE - PARIS.
Loisirs : PHOTO - PEINTURE - CINEMA.
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: JEFF BODART ET BEN.   Mer 21 Mai 2008 - 19:32

Décès du chanteur Jeff BODART



Le chanteur Jeff Bodart, figure de la scène variété-rock en Belgique, est décédé à l'âge de 45 ans, trois semaines après avoir été victime d'un accident cérébral, indique mardi son site internet. Arrow http://www.jeffbodart.net/

"Jeff est parti définitivement vers l'ultramarine, sans tambour ni trompette, son coeur s'est arrêté après 24 jours de coma. Son Canadair s'est crashé et son vélo l'a lâché, chacun son histoire! Parfois c'est comme ça...", indique un communiqué, citant plusieurs titres du répertoire du chanteur.

Jeff Bodart s'était fait connaître dès les années 1980 en Belgique et en France avec son groupe au look rétro, "Les Gangsters d'Amour", un jeu de scène déjanté et un tube très BD, "Meurtre à Hawaï".

Depuis 1994, le chanteur wallon poursuivait une carrière en solo, entre pop, swing et chanson française.

Source : AFP



Le dernier bond de Jeff BODART
Le chanteur belge s'éteint à 45 ans
Bruxelles
21/05/2008 -


Nous ne verrons plus Jeff, bondir sur les baffles d’une scène, projetant sa casquette en l’air, ou promenant son chapeau élégant dans les rues de Bruxelles. Jeff Bodart, un des chanteurs belges francophones les plus talentueux de sa génération, n’est plus. Terrassé par un accident vasculaire cérébral, il y a quelques semaines, dans la maison de ses parents, il ne s’est pas relevé.

A 44 ans, sa "carcasse" est partie rejoindre les "canadairs". Comment le définir ? Rocker certainement, chanteur à textes sûrement, de variétés également, il était tout çà incontestablement. Son cinquième, et dernier, album Et parfois, c’est comme ça était à peine sec. Et la tournée venait tout juste de commencer – au Botanique de Bruxelles en février dernier. Une tournée où on voyait moins le voltigeur et davantage le poète. L’ange bondissant, empreint d’un tel dynamisme sur scène, qu’il était impossible de ne pas résister, avait opté pour un registre, sinon intimiste, moins extravagant. Mais il avait gardé toute sa chaleur…

Tour à tour adulé ou ignoré, arpentant ces montagnes russes de la célébrité qui ont noyé plus d’un artiste, Jeff Bodart a toujours gardé cette lucidité, et surtout le grain d’ironie qui était sa marque de fabrique. Se moquant de lui-même et de son métier — "Pas vraiment un boulot, un hobby de luxe" —, sa gentillesse, sa modestie ne l’empêchait pas de porter un regard acéré sur le milieu dans lequel il évoluait et les maisons du disque "qui essaient d’avoir des sous en dégraissant au maximum".

Mais en même temps, il ne se reconnaissait pas le talent de passer de l’autre coté. "Quand on voit comment le single Boire boire boire (de son avant dernier album) a marché du feu de Dieu, alors que pour moi, ce n’est pas… le meilleur titre de l’album, c’est… fou" assurait-il. Et d’ajouter : "Donne-moi les clés d’Universal, je la coule en 15 jours, bien plus vite que Messier" !

Saltimbanque il était, jusqu’au bout, et se refusait à entrer dans le cycle classique, pourtant bien rodé de l’album tous les trois ans - un an d'album, un an de promo, un an pour se ressourcer – "Ce n'est pas suffisant ! Je préfère avancer, faire régulièrement des nouveaux trucs. Que de temps morts entre les disques, il faut avancer, avancer… la vie est trop courte."
Nicolas Gros-Verheyde



Arrow http://www.jeffbodart.net/

DEMAIN MATIN.......



Demain matin, dès les premières heures livides
Demain matin, quand cette bouteille sera vide
Demain matin, mon passé je le liquide
Maïs ce soir, le vin est tiré je vais le boire

Demain matin, ce sera fini les conneries
Demain matin, je serai dans une autre énergie
Demain matin, j'mettrai de l'ordre dans ma vie
Mais ce soir, elle m'a tout l'air d'un beau foutoir

Na-na-na na-na-na
Na-na-na na-na-na
Na-na-na na-na-na
Na-na-na na-na-na

Demain matin, personne ne chantera le blues
Demain matin, je retrouverai mon épouse
Demain matin, je compte assurer comme douze
Mais ce soir, ne sont douze que les salopards

Na-na-na na-na-na

Demain matin, je jouerai avec mon fils
Demain matin, et selon son bon caprice
Demain matin, j'ferai te cowboy ou la police
Mais ce soir, je termine la nuit au mitard

Na-na-na na-na-na

Demain matin, je m'Iaverai longuement les mains
Demain matin, je suivrai le droit chemin
Demain matin, oui demain matin
Mais ce soir, mon âme et mes ongles sont noirs

Na-na-na na-na-na
Demain matin
Na-na-na na-na-na

F.Bernheim / J. Duvatl (Good Good Music/D.R.)






Arrow http://youtube.com/watch?v=AgYU8DmIU8Q


Et parfois c'est comme ça.......
demain matin......

tu reviendras dans,
l'oiseau de 7h32




Une pensée sincère et profonde pour ses proches
ses amis tel que Ben, son public,
pour Guy que je sais très affecté,
qui m'a fait connaître ce chanteur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JEFF BODART ET BEN.   

Revenir en haut Aller en bas
 
JEFF BODART ET BEN.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Où s'qu'il est passé notre Jeff ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BENOIT POELVOORDE :: SUJETS DIVERS SUR BEN-
Sauter vers: